Rapport « extractions dentaires » mission nov 2011

        Mission « extractions dentaires » – Novembre 2011                                                     par Jean-Philippe MERIEL

Ce titre est volontairement provocateur.  En effet à défaut d’extractions,  les soins dentaires ne peuvent être dispensés que dans un local dédié avec du matériel et des consommables onéreux et à renouveler régulièrement. Le suivi des soins est de plus indispensable : une reprise de carie est possible sous amalgame ou composite, une nécrose pulpaire peut apparaître sous un composite parapulpaire, une infestation microbienne du tractus radiculaire peut entraîner, après obturation, un abcès parodontal, un détartrage peut entraîner une endocardite d’Ossler etc…

Je pourrai entrer dans une comptabilité fastidieuse où le nombre de dents extraites supplanterait le nombre de patients examinés… La moyenne des patients vus en consultation pendant ces 10 jours de «soins» est d’à peu près 20 par jour avec un pic au Cap Skirring à 34 et seulement 11 patients à Nikine. La moyenne des extractions réalisées est d’environ 27 par jour avec des pics de 35 à Diembering et même 42 au Cap et seulement 5 à Nikine.

Certains patients ne relevaient pas de l’indication du « baume d’acier » :

–          petites caries proximales n’atteignant pas la pulpe et créant des douleurs gingivales par simples bourrages alimentaires : avec les conseils d’hygiène habituels et la prescription de topiques ( Arthrodont – Eludril ) ces patients ont été orientés vers des structures de soins plus à même d’effectuer les actes nécessaires (cabinets dentaires d’Oussouye ou du Cap ). Un patient s’est présenté pour la perte d’une petite obturation réalisée dans un cabinet « de ville » d’où l’importance d’un suivi des soins (cf remarque ci-dessus).

–          abcès en pleine évolution où un refroidissement de l’épisode aigu (antibiothérapie) était nécessaire avant toute chirurgie (inefficacité de l’anesthésie dans de tels cas avec risque de passage de germes dans la circulation sanguine et essaimage à distance) Sur la totalité des patients examinés, seulement 2 personnes relevaient de cette indication.

–          caries de dents de lait où la chute proche, vu l’âge du patient, ne nécessitaient pas l’extraction, seule « thérapeutique » à ma disposition ; en effet une extraction trop hâtive peut générer des désordres occlusaux invalidant pour l’avenir (évaluation des bénéfices-risques).

Mais dans la majorité des cas, je dirais pour 90% des patients, les extractions réalisées correspondaient à des indications réelles : la plupart des dents extraites n’auraient de toute façon pas pu être conservées. Ils s’agissait essentiellement de racines ou de dents tellement délabrées que des soins conservateurs n’auraient pas pu être mis en œuvre de façon pérenne.

Pour 10% des patients, les dents très cariées nécessitaient des soins importants (dépulpation, oburation radiculaire puis coronaire, prothèse fixe de type couronne) impossibles à réaliser dans un tel contexte.

Je n’ose imaginer les douleurs subies avant d’en arriver à ce stade et c’est pourquoi j’insiste sur le caractère indispensable de telles missions où nos raisonnements occidentaux sont mis à mal : il est en effet intellectuellement très frustrant d’extraire une dent de 6 ans cariée (1ére molaire permanente) à un enfant de 11 ans (la douceur acidulée du pain de singe n’arrangeant pas les choses) mais le bénéfice apporté n’est d’aucune mesure face aux désagréments quotidiens occasionnés par de telles lésions dentaires.

N’oublions pas qu’ après les douleurs provoquées par l’atteinte pulpaire arrive un stade de nécrose où les infections chroniques et plurielles (plusieurs dents causales sont en général incriminées) peuvent altérer l’état général (et déséquilibrer un diabète par exemple) sans parler des atteintes à distance valvulaires et articulaires pour la plupart.

C’est pourquoi et c’est là tout l’intérêt de cette mission, la radicalité de l’acte pratiqué lors de cet exercice sénégalais laisse présager, après une phase de cicatrisation, les meilleures suites opératoires et semble être, au vu du manque d’infrastructures de soins dentaires, le meilleur service à rendre à tous ces patients.

Bien sûr nous laissons derrière nous des patients édentés mais ô combien soulagés : la douleur dentaire est ressentie par la plupart des patientes comme la douleur la plus intense après celle de l’accouchement.

Le cynisme d’une telle affirmation est évidemment à relativiser dans un contexte africain où nos notions occidentales d’esthétique et de confort masticatoire sont à laisser de côté.

Néanmoins un suivi prothétique pourrait être envisagé avec la formation d’un «ASC   prothésiste» qui, équipé du matériel adéquat  (un simple micro-tour électrique) pourrait améliorer le confort des patients appareillés lors des différentes missions.

Je tiens tout particulièrement à remercier :

Maimouna, la fidèle et indispensable, et je pèse mes mots, assistante dentaire d’AMK sans laquelle, nous chirurgiens-dentistes, ne pourrions travailler. Elle est d’une rare compétence tant sur le terrain dans l’organisation d’une salle de soins avec tout ce que cela implique techniquement, que dans le rapport humain avec les patients : sa bonne humeur communicative et sa joie de vivre ont embelli un exercice délicat dans un contexte de brousse.

Jacques aguerri par de précédentes missions qui m’a mis le pied à l’étrier et avec lequel j’ai pris un réel plaisir à travailler la première semaine.

Claude, tout en discrétion dans sa mission de logisticien mais d’une efficacité organisationnelle redoutable. Toute l’équipe soignante dont la qualité relationnelle a permis un déroulement optimal de cette mission : merci François, Dominique, Elise, Michelle, Jacky pour votre disponibilité toujours égale pendant et après des journées de travail bien chargées. Enfin, un grand merci à Benoît sans lequel rien n’aurait été possible, sans oublier Chantal, présente sur tous les fronts, pour votre passion de l’humain…

Publicités
Cet article a été publié dans Comptes-Rendus des MISSIONS, RECAP documents publiès. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s