Compte-rendu médical mission décembre 2015

Compte rendu médical de la mission AMK
du 28 novembre au 13 décembre 2015

        Seconde mission de l’année 2015, cette mission s’est déroulée sur 2 semaines, 9 jours de travail, 8 villages visités dont certains pour la première fois.

L’équipe était constituée de 14 intervenants :
– 4 médecins : Dr Meyssonnier Lacroix, médecin généraliste, chef de mission, Dr Escourrou Antoine, rhumatologue, Dr Flageollet Myriam, médecin généraliste, Dr Guiet Annaëlle, médecin généraliste. N’oublions pas le Dr Ndiaye Ousmane qui s’est joint à nous à plusieurs reprises, quand son activité le lui permettait, nous aidant lors de « coups de feu » et de bon conseil pour l’orientation de patients à référer.
– 1 infirmière : Fiorentini Françoise,
– 2 dentistes : Dr Erhart Anne, Dr Pernet Christine,
– 1 pharmacien : Jeannot Patrice,
– 3 logisticiens : Canivet Hervé, président AMK, Fiorentini Jean-Pierre, Massie Marie-Sylvie, – 3 assistants locaux : Ibu, sans rôle précis…, deux assistantes dentaires, présence justifiées du fait des soins conservateurs mis en place pour la première fois, grâce à Christine Pernet qui a apporté la « valise de soins » prêtée par le Conseil de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes du Calvados.

Planning

         Les journées de dimanche et lundi nous ont permis de faire le point sur le stock de médicaments (stock restant + stock commandé), de mettre de l’ordre, trier le matériel entreposé et nettoyer le local. Le petit matériel, entreposé depuis quelques années et inutilisé, a été vérifié/voire jeté si OUT ! (l’ECG repéré en mars ne fonctionne pas).

Lundi soir réunion d’information pour les nouveaux intervenants sur les conditions de travail et d’exercice, les difficultés que l’on peut rencontrer, le manque de moyens diagnostiques et même thérapeutiques (explorations, analyses … mais aussi financiers pour les patients à qui on les prescrit). J’ai essayé d’expliquer, en donnant 2 à 3 exemples. Mais difficile de transmettre son expérience en quelques mots, et pour les nouveaux venus d’entendre ce discours sans l’avoir expérimenté. On pourrait peut-être établir des fiches de pathologies, problèmes rencontrés, traitements disponibles … ? On attend les idées !

Mardi 1er décembre début des consultations à Djembering puis dans les villages selon le planning prévu, entrecoupé d’un WE de repos complet pour tous, sauf pour nos valeureux dentistes qui ont travaillé les 2 samedis matin, pour s’occuper des enfants devant être vus par Christine, chez le Dr Penot, après le départ de la mission.

Maintien de l’organisation des consultations, avec éloignement des patients attendant d’être reçus, prise de TA et pesée, voire prise de température si besoin, par Françoise qui, seule, a réussi à assurer le tout sans oublier la vente des lunettes, quelques pansements, injections, bandelettes … et ce sans se départir de son sourire. Merci à elle.

Lors de notre séjour à Oussouye nous sommes allés à l’hôpital voir le service de pneumologie qui rend de grands services pour la recherche de BK (y compris tubage), la radiologie, prévue à l’origine pour la pneumo, mais aussi utilisée pour la traumatologie.

Myriam, Annaëlle et Françoise ont passé une soirée à l’internat pour une rencontre information /sensibilisation /échange, toujours très appréciée autant par les intervenants que par les jeunes filles qui ont de nombreuses questions. Elles ont été raccompagnées de nuit par toutes les filles qui ont chanté tout le long du chemin !

A Siganar, « petit village » visité pour la première fois, il n’y avait pas beaucoup de monde à notre arrivée, et nous pensions voir assez peu de patients. Aussi nous avons profité de l’occasion, puisque nous devions travailler dans la case de santé et des classes du collège, pour faire la même chose qu’à l’internat. Myriam et Anaëlle ont su répondre avec modération et perspicacité aux questions, parfois quelques peu étonnantes des ados !

Nous avons rencontré le Dr Badiane, qui a pu répondre à quelques-unes de nos interrogations sur nos possibilités /moyens /objectifs de travail. Ce point sera développé plus bas.

A Djembering, collaboration avec un pédiatre italien et un ophtalmo qui ont vu respectivement 21 enfants et 15 patients.

Bilan d’activité

– Premières plaintes : la rhumatologie (douleurs de tout le corps), les brûlures gastriques, les problèmes ophtalmo : prurit oculaire (on observe de nombreux ptérygions), mais aussi presbytie et cataractes (ou suites diverses d’intervention de cataractes !). Aucun cas de trachome dépisté cette année, je suis rassurée ! Mais le Dr Badiane m’a appris la mise en route d’une campagne d’information /formation et de prise en charge de cette affection. Beaucoup de dermatoses après l’hivernage et les travaux des champs.

– Puis viennent les autres pathologies retrouvées grâce à l’interrogatoire et à l’examen systématique que nous faisons à tous les patients, par ex HTA (nombreux traitements interrompus), problèmes gynéco, diabète, goitre, voire SIDA.

– Peu de pathologies ORL et pulmonaires bégnines mais toujours des cas de suspicions et/ou diagnostics confirmés de tuberculose.

– Quelques cas de filarioses (larva migrans chez des enfants, lymphœdème chez une femme guinéenne). Heureusement nous avions pu avoir de l’IVERMECTINE auprès de Boubacar, ICP à Djembering.

– Les quelques diabétiques non insulino-dépendants vus sont très mal équilibrés, et nous avons toujours le problème du suivi et des examens complémentaires pour évaluer les complications (rein, rétine, artères…) quant à la diététique… ?!

– Les patients nécessitant un suivi ont été signalés ou présentés à Ousmane. Ils sont notés dans le cahier de liaison.
Problèmes rencontrés / interrogations

– Exercice médical :
Comme dit l’an dernier, je pense qu’il faut faire une liste des services hospitaliers /spécialistes à qui référer les patients qui nécessitent les explorations ou les analyses non réalisables à Oussouye. Myriam et Anaëlle ont eu, au bout de quelques jours, une saine « révolte » quant à l’impossibilité pour nous d’aller plus loin dans nos démarches diagnostiques et thérapeutiques. Et ce d’autant qu’Hervé nous a dit que, lors de la réunion entre les associations intervenant dans la région et le Dr Badiane, il avait été précisé que nous devions nous conformer au fonctionnement du système de santé, c’est-à-dire passage obligatoire par l’ASC ou l’ICP, puis Dr Badiane … Donc après notre intervention, retour à la case départ ! Perte de temps, d’argent pour les patients, et de compétence !! Heureusement, nous avons pu rencontrer le Dr Badiane qui nous a assuré que nous pouvions shunter ce circuit et adresser les patients aux services compétents. Par contre, quand nous avons cherché à avoir quelques noms et lieux, il nous a dit qu’il n’avait pas/plus de correspondants au niveau de Ziguinchor.
On peut donc dès à présent penser à recenser les possibilités sur la région. Ousmane devrait être en mesure de nous renseigner. Il faut vraiment mettre ça au point.

– ICP/ASC :
Comme lors des missions précédentes, leur implication a été très variable. J’ai chaque fois pris la peine de leur dire qu’il serait souhaitable qu’ils participent aux consultations pour apprendre à examiner les patients, l’interrogatoire, la démarche diagnostique …. D’après Benoit ils seraient intéressés par un compagnonnage pendant une semaine, nous n’en n’avons pas eu la preuve même pour quelques heures !

– Prix des tickets, sommes récoltées :
Le choix du prix du ticket de consultation est laissé à l’appréciation du comité de santé, mais les prix varient du simple au triple. Je ne conteste pas, c’est leur choix, même si 1500 CFA me semble exagéré.
Par contre il serait bon de rappeler, avant, au moment, et à la fin de chaque visite, que la somme récoltée doit absolument être intégrée à la comptabilité du poste/centre, c’est prévu dans leur fonctionnement, comme les dons, et doit être utilisée exclusivement dans le domaine de la santé : médicaments, consommables, voire matériel d’hospitalisation.

– Pharmacie :
Grâce aux commandes auprès de la PHI de Nîmes et de la PNA de Dakar (récupérée par Agnès), nous avons pu assurer la majorité des traitements prescrits. Nous avons pu aussi en trouver auprès des postes de santé pour certains manquants. Nous ferons le point des améliorations à apporter quant aux médicaments essentiels et selon les habitudes de prescription locales, notamment par exemple pour les Anti HTA, ainsi que pour les médicaments qui nous ont manqué.

– Planning /choix des villages :
La remarque du Dr Badiane sur l’effet pervers de nos passages dans les villages est pertinente. Nous avons souvent le sentiment que les patients viennent pour chercher des médicaments pas chers (notamment traitements de pathologies chroniques, bien suivis par les ICP ou les ASC), ou pour vérifier si le TRT de l’ISP/ASC est « bon », en oubliant parfois de nous dire qu’il y a déjà un traitement !
Il ne faut cependant pas oublier que les ICP/ASC traitent les pathologies, le plus souvent les épisodes aigus, selon un arbre décisionnel. C’est grâce à nos interrogatoires et examens systématiques que nous détectons nombres de pathologies encore asymptomatiques, ou négligées par manque d’informations /sensibilisations.
Plusieurs fois l’idée de faire des réunions de sensibilisation, en matière de prévention et de les coupler aux consultations, a été émise. Cette action serait à réaliser dans les villages isolés, ceux qui ne sont pas reliés par la route, ou loin de postes de santé (villages où le niveau socio-culturel est très bas), et cela répondrait au souhait du Dr Badiane (même si lorsque nous consultons là où il y a case ou poste de santé, nous voyons des cas nécessitant les compétences de médecins) et pourrait se faire avec un effectif plus réduit.
A Essaout, en mars, premier passage dans ce village, il y avait eu affluence, d’où la décision du bureau de le remettre au programme. Beaucoup moins de consultants, mais cela nous a permis de travailler plus sereinement, sans la pression dûe à la file d’attente et la peur de ne pas pouvoir voir tout le monde. Très apprécié par nos jeunes recrues qui ont pu parler avec les patients et les accompagnateurs.

Pour conclure :
Une mission intéressante du fait des interrogations soulevées, de remises en questions qui permettent de progresser, d’envisager de nouvelles orientations ; de mises au point notamment du fait de la rencontre avec le Dr Badiane nous éclairant sur les possibilités d’action dans notre exercice.
Une mission sympathique, riche en échanges, où chacun a su trouver sa place et contribuer au bon fonctionnement.
Mention spéciale à nos dentistes (dont on ne parle pas dans ce rapport médical) mais qui font un travail remarquable et de loin le plus difficile.
Merci à notre pharmacien, à nos logisticiens qui sont sur tous les fronts, et bravo à mes trois confrères qui ont su s’investir et s’adapter à des conditions de travail parfois déroutantes.

                                                                                            Dr Meyssonnier Lacroix Mireille

Publicités
Cet article a été publié dans ACTUALITES, Comptes-Rendus des MISSIONS, RECAP documents publiès. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s