Journal 2017

Image

Pour ouvrir le journal, accéder à son contenu, le télécharger, cliquer ici

Publicités

Quid des activités d’AMK pendant l’été ?

Juillet a été bien occupé à la préparation de colis à destination de la Casamance.

 20 cartons chargés de livres pour l’internat, de vêtements pour les braderies organisées par Alimatou, directrice de la garderie de Diembering, au profit de la structure, et de petit matériel médical ont ainsi pu être acheminés grâce au concours de l’association LATECOERE qui a offert le transport en container et l’ingénierie pour la mise en œuvre de cet acheminement. Nous l’en remercions !

En août, deux enseignantes, Elsa et Carine, sont parties en mission dans le cadre d’AMK pour renforcer pendant quinze jours l’équipe d’animation de la garderie de Diembering.

La garderie propose un accueil de qualité à environ 130 enfants âgés de 18 mois à 9 ans pendant la période d’hivernage. Cette période chaude et humide est consacrée aux travaux dans les rizières, et les femmes n’ont plus la disponibilité nécessaire pour s’occuper des enfants. Avant 2012, année de création de la garderie sur une initiative d’Alimatou, les familles devaient confier les enfants à des familles d’accueil parfois éloignées jusqu’à Dakar.

La contribution financière des familles utilisatrices, les braderies organisées par Alimatou pour récolter des fonds et le soutien financier de plusieurs associations dont AMK permettent actuellement de salarier deux cuisinières et six animateurs, ce qui est bien peu au vu de la fréquentation de la structure ! D’autant que les enfants y prennent des repas équilibrés, qu’ils sont initiés au brossage régulier des dents, et qu’ils prennent la douche avant de rentrer chez eux ! On comprend que dans ces conditions la sieste est obligatoire, les jeux collectifs sont privilégiés aux jeux individuels générateurs de conflits interpersonnels, et que les jeux « à risque » pour les plus jeunes sont totalement proscrits.

Carine et Elsa sont rentrées fin août :

« Nous sommes rentrées de Diembering. Oui, nous sommes sur le sol français mais notre cœur est resté là-bas …Nous avons passé un excellent séjour. Nous avons reçu beaucoup plus que la petite aide que nous étions venu apporter. Nous avons très bien été intégrées à l’équipe de la garderie avec laquelle nous nous sommes liées très rapidement. Les enfants étaient adorables et en qualité d’enseignantes, nous avons pu mesurer les différences marquantes entre nos élèves en France et ces petits très autonomes depuis le plus jeune âge, pas capricieux et qui savent s’amuser du peu qu’ils ont. Le travail à la garderie est prenant : nous n’avons pas vu passer les journées ».

En septembre, la petite commune normande de Colleville-Montgomery a accueilli  une exposition dédiée à la Casamance, et l’association « longe-côte de nacre » a organisé le 3 septembre une journée de baptêmes de longe-côte afin d’aider au financement d’un cabinet dentaire mobile.

L’état bucco-dentaire de la population de Casamance et notamment des enfants est alarmant. Il y a urgence. Et Christine, dentiste et référente « dentaire » pour AMK, n’a de cesse d’améliorer l’équipement dentaire de l’association pour permettre de sauver le plus de dents possible !

L’exposition installée dans la médiathèque de Colleville a sensibilisé la population locale à la vie en Casamance et aux actions d’AMK. Pendant plusieurs semaines, de petits bracelets verts ont été vendus pour réserver les baptêmes de longe-côte. La presse locale a médiatisé ces événements.

Le 3 septembre, environ deux cents personnes se sont ainsi essayées à cette discipline sportive, pour la bonne cause, bravant des conditions météo médiocres. Il y a des journées comme ça, où malgré le froid et la grisaille, on ressent le soleil, la chaleur et la générosité. Des journées de partage, où les sourires et le succès sont au rendez-vous.

Un grand merci à l’association « longe-côte de nacre » qui a encadré les participants, prêté les combinaisons, prévu de quoi se restaurer après l’effort !

Un grand merci à la municipalité de Colleville qui a accueilli l’exposition et apporté son soutien à la manifestation du 3 septembre !

 

Vous souhaitez soutenir la garderie, vous aimeriez concourir au financement des équipements dentaires, vous aimeriez apporter votre soutien aux actions d’AMK en général :

N’hésitez pas à nous contactez sur : a.m.kassoumaye@gmail.com

Focus sur le bilan de la campagne de lutte contre la bilharzioze

Bilan d’une campagne de lutte contre deux foyers de bilharziose urinaire en Basse Casamance (Sénégal) : approche logistique, épidémiologique et thérapeutique ; intérêt de l’approche éducative pour changements de comportements

En 2001, de nombreuses hématuries ont été constatées chez des enfants en Basse Casamance (1) dans le département d’Oussouye, secteur d’intervention de l’association «Actions Médicales Kassoumaye» (AMK). Une campagne de lutte a été décidée en deux étapes, de 2001 à 2005 puis de 2010 à 2015 sur l’ensemble des enfants du département. Cette action a été menée en partenariat avec le ministère de la Santé et de l’Action sociale sénégalais.  Nous remercions les directeurs successifs du programme sénégalais et les médecins-chefs du district d’Oussouye pour leur forte implication.  Pour AMK, elle a fait l’objet de 12 missions spécifiques faisant intervenir plus de 20 membres d’AMK au total ainsi que des participations ponctuelles.

Le Docteur Didier Basset, responsable des actions de santé publique au sein d’AMK,  a présenté le programme et son bilan les 29,30 et 31 mars derniers, dans le cadre du congrès de parasitologie de Toulouse. Pour cette occasion, un poster et une présentation orale ont été réalisés ; nous les détaillons dans cet article :

LE TERRAIN : la Casamance est une région très plate, composée de nombreuses zones inondables salées entourées de mangroves ; les principales ressources sont la culture du riz et la pêche. Les Diolas, peuples encore très traditionnels, constituent l’ethnie principale du Département.

MATERIELS ET METHODES : chaque village de ce département de 45 000 habitants a été dépisté de façon la plus exhaustive possible (15 000 enfants environ) au moyen de bandelettes colorimétriques (2) avec l’apport, à partir de 2004 d’un petit laboratoire (3) pour compléter les données épidémiologiques (T. I). La cible était les enfants scolarisés de 6 à 14 ans en traitant systématiquement par praziquantel en traitement-minute (1cp pour 15 kgs) les cas positifs ayant une croix et plus d’indice colorimétrique (4). Cela représente, en tout,  plus de 3000 enfants traités. Les filles positives en période de cycle menstruel ont été écartées des statistiques.

RESULTATS : le taux de prévalence global dans la plupart des villages ne dépasse pas 16 à 20 %, ce que confirme l’enquête sénégalaise de 2003. Par contre, la prévalence est particulièrement préoccupante dans les deux gros villages de Diembering et Kabrousse, respectivement 45,60 % et 67,44 %. Le taux d’incidence, recherché chez les enfants négatifs qui se sont positivés en saison des pluies, période de transmission,  est élevé : 26 %. Il marque la dynamique de transmission. Dans un premier temps en 2005, la prévalence avait notoirement baissée sur ces 2 villages (des deux tiers) et, 5 ans plus tard sans intervention, remontée à des taux intermédiaires. Aidée par une campagne d’éducation visant à changer les comportements (5,6,7) et les récents traitements de masse du programme national, la prévalence a été réduite respectivement à 12,74 et 7,03 % en 2015 (T. II). Le vecteur, abondant sur place, est Bulinus truncatus (8).

ANALYSE : Le dépistage-traitement, seul, même s’il est efficace, n’est pas durable dans le temps comme l’atteste la période 2005-2010 où, sans mesures d’accompagnement, on assiste à une remontée significative de la prévalence. De gros efforts ont donc été apportés, surtout à partir de 2010 sur l’éducation pour changements de comportement. Malgré cela, il  a suffi d’une intervention humaine (trou à bancos) pour perturber l’évolution favorable à Diembering (en 2 ans passage de 26 à 35 % de prévalence).

Au plan épidémiologique, 3 problèmes de transmission ont été identifiés : les mares pérennes, les mares sacrées, les rizières. Pour les premières (9), le principal conseil était au minimum d’éviter d’uriner dedans, sinon de les interdire à la baignade; pour les secondes (10) où « il est bon de se baigner » pour la tradition, nous avons fait intervenir efficacement les chefs traditionnels: un fétiche guerrier intervient pour expliquer la bilharziose urinaire chez les Diolas ; pour les troisièmes (11), étant donné l’activité économique basée sur le riz, seules des mesures d’information et de conseils ont pu être entrepris.

CONCLUSION: pour être efficace dans la durée, une campagne de lutte doit s’accompagner, à la fois, de mesures visant à changer les comportements et d’une étude sérieuse des modes de contamination. Les autorités sénégalaises souhaitent impliquer AMK dans la sensibilisation des risques de cette grave maladie. L’éducation pour changer les comportements dans le département d’Oussouye demeure une préoccupation de l’association.

Nous continuons par ailleurs de suivre activement plusieurs projets : la création du cabinet dentaire d’Elinkine, le financement d’un appareil radio dentaire portatif, de brosses à dents et de petit matériel médical, le nouveau local de la garderie de Diembering, …

Nous continuerons de vous tenir informés de l’avancée de ces projets !

Vous souhaitez nous rejoindre ou soutenir nos actions : contactez-nous par mail sur a.m.kassoumaye@gmail.com

Quelques nouvelles de la mission de mars 2017

La seconde mission de l’année s’est déroulée du 19 mars au 2 avril dernier 

Cette fois notre équipe était plus légère : deux médecins seulement, deux dentistes, trois infirmières dont l’une nous a rejoint la dernière semaine, un pharmacien, un logisticien, auxquels se sont ajoutés Ibou, assistant à la pharmacie, ainsi que Fatima et Maïmouna, assistantes dentaires.

Marie-Sylvie MASSIE, présidente de l’association, a également apporté son concours à cette mission.

Le choix a été fait cette fois de consulter plutôt dans de petits villages isolés

Mais nous sommes allés également dans deux gros villages, Diembering  et Elinkine, dans chacun desquels nous avons consulté pendant deux jours avec une fréquentation moyenne quotidienne de 80 personnes. Dans les petits villages, Boudiediet, Wendaye, Cachouane, Santiaba Wolof, Djiromaït et Boukotte, 45 à 83 personnes sont venues consulter.

La préparation de notre venue par la communauté villageoise est de mieux en mieux adaptée 

Dans la majorité des villages les salles de consultations étaient déjà prêtes à notre arrivée. Les ticketteurs, souvent des jeunes, chargés d’inscrire les patients et d’encaisser le forfait consultation pour le compte du comité de santé du village, s’étaient organisés. L’attente des patients était prévue suffisamment loin des salles de consultation pour éviter la nuisance causée par le bruit des conversations.

Comme toujours, les femmes nous ont préparé de très bons repas.

Ces conditions de coopération sont essentielles pour une bonne efficacité de nos interventions.

533 consultations médicales

 La prise en charge des pathologies courantes et le suivi des traitements au long cours par les structures sanitaires sénégalaises sont en constante amélioration, et nous découvrons moins de pathologies chroniques, d’amibiases et de plaies torpides qu’il y a quinze ans.

Nous nous trouvons de plus en plus devant des cas plus complexes, que les infirmiers chef de poste ne peuvent diagnostiquer. Plusieurs pathologies « lourdes » ont ainsi pu être diagnostiquées, et les patients ont pu être signalés et orientés vers les spécialistes.

Les hypertensions sont très souvent déjà dépistées et traitées, bien que les traitements encore trop souvent arrêtés du fait du manque de moyens ou du manque d’information sur les risques : il faut passer beaucoup de temps à expliquer et argumenter !

Et 324 consultations dentaires ont été effectuées pendant cette mission

Les dentistes ont encore dû procéder à 386 extractions. Ils ont pu effectuer sur place 54 soins conservateurs, rendus possibles grâce au matériel prêté par le conseil de l’ordre du Calvados que nous remercions vivement. Seuls sont effectués sur place les  soins simples réalisables en une seule séance. Les patients qui nécessitent des soins plus complexes sont adressés au cabinet dentaire de l’association Doma Doma à Cabrousse avec lequel nous avons développé une étroite collaboration.

L’état bucco-dentaire de la population et notamment des enfants est alarmant : Le Docteur Senghor, médecin chef  du district d’Oussouye, fait de la prévention bucco-dentaire, une de ses priorités.

Une équipe composée d’un dentiste, d’une infirmière spécialiste de prévention dentaire, et d’une de nos assistantes dentaires a mené dans chaque village une action en direction des enfants scolarisés en primaire. Cette action s’est déclinée sur deux axes :

1 / Dépistage systématique et comptage des caries sur les dents de 6 ans, suivis des soins conservateurs nécessaires. L’état dentaire de 360 enfants a été contrôlé. Pour plus de deux tiers d’entre eux, des dents de 6 ans étaient cariées ou déjà absentes.

2 / Initiation au brossage des dents et conseils sur l’hygiène alimentaire avec traduction dans la langue locale par notre assistante et distribution de brosses à dents.

Nous avons demandé aux enseignants de mettre en place au sein de leur classe une activité biquotidienne de brossage des dents. La plupart ont accepté avec un intérêt réel.  Dans chaque classe, une ou un élève responsable du brossage a été choisi par ses camarades.

La prochaine mission est prévue en novembre, mais nous continuons de suivre activement plusieurs projets

Une convention partenariale vient d’être signée par la Mairie, l’association Doma Doma et AMK pour la création et le  fonctionnement du cabinet dentaire d’Elinkine soutenu et validé par le Dr Senghor. Nous recherchons des moyens d’acheminement de l’équipement du cabinet.

Nous recherchons des fonds pour l’achat d’un appareil radio dentaire portatif, de brosses à dent et de petit matériel médical.

Nous suivons le projet d’installation de la garderie dans un local adapté.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’avancée de ces projets !

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à nos action et pour votre soutien.

A bientôt !

Quelques nouvelles de la mission de janvier 2017

L’équipe franco-sénégalaise :

Quatre médecins dont une diabétologue, deux dentistes,  un pharmacien, deux assistantes sociales (en pré-consultation) et deux logisticiens. Notre équipe s’est enrichie sur place de deux assistantes dentaires et d’un assistant auprès du pharmacien.

Le Dr SENGHOR  médecin chef à l’hôpital départemental d’Oussouye  et le Dr SAMBOU, son adjoint ont  apporté leur renfort lors de deux journées de consultation. Le Dr Alexandre JOUINI, en vacance en Casamance,  a également consulté avec nous une matinée.

Le programme de consultation avait été décidé avec le Dr SENGHOR

De gros villages comme Diembering, Cap Skirring, mais également de petits villages isolés nécessitant parfois de longs trajets en pirogues avec tout le matériel dentaire et les caisses de médicaments.

Comme toujours, les logisticiens avaient en amont préparé la venue de l’équipe avec les infirmiers chefs de poste (ICP) et les comités de gestion des postes de santé (prévision de l’organisation matérielle, information des populations, …)

Déchargement du matériel et des médicaments

 Notre intervention ne serait pas possible sans la contribution de l’ensemble de la communauté villageoise :

Le comité de santé est un partenaire incontournable, de même que les ICP, les agents de santé communautaires, les sages-femmes, les relais de santé, les matrones qui ont souvent participé très activement au bon déroulement de la journée. Des jeunes du village sont souvent intervenus en tant qu’interprète.

Les femmes nous préparent de délicieux repas :

A Youtou les gens étaient particulièrement nombreux à nous attendre parfois depuis très tôt le matin, certains venus de Guinée Bissao. Les femmes du village avaient fait en sorte de préparer assez de riz pour pouvoir aussi nourrir ces personnes venues de loin.

Près de 1000 consultations ont été effectuées soit un apport de 741 900 CFA  (1150 €) aux comités de santé : 410 consultations médicales et 277 consultations dentaires

Les patients paient un forfait « consultation / médicaments » dont le montant est décidé par le comité de santé. Ce dernier peut fixer des tarifs préférentiels pour les enfants, ou décider de la gratuité pour des personnes nécessiteuses.

En fin de journée, un rapport est établi pour  transmission au Dr SENGHOR et présentation du bilan à tous.

Bilan en fin de journée

Des objectifs médicaux qui s’inscrivent dans la politique de santé sénégalaise

Avec l’évolution des conditions de vie et la mise en œuvre des politiques de santé, le Sénégal connait une transition épidémiologique.

Les pathologies infectieuses et parasitaires régressent ; de nouvelles pathologies apparaissent telles que le diabète, l’hypertension qui font aujourd’hui l’objet de programmes de santé publique spécifiques.

Hélène CHACRON, médecin spécialisé en diabétologie, a été amenée à consulter plus particulièrement les patients en surpoids, souvent des femmes jeunes, 4 à 5 par village chez lesquelles un diabète a été découvert et plus rarement, diabétiques déjà connues.

Consultation médicale

La mission de janvier a été l’occasion de commencer à expérimenter le projet de travail en binôme des médecins avec les ICP

Les Dr Benoit GARCON et Lydia BRISPOT ont ainsi partagé trois matinées de consultation, chacun avec  un ICP,  dans l’objectif de partager leur compétence dans l’approche clinique pour un meilleur diagnostic des pathologies.

Les dentistes ont pu faire quelques soins conservateurs

Mais les avulsions sont malheureusement très souvent inévitables.

Consultation dentaire

Le travail de prévention bucco-dentaire se poursuit

Les dentistes ont rencontré les enseignants des écoles des villages où nous avons consulté leur proposant d’intégrer le brossage des dents à l’école, en leur remettant des brosses à dent.

Les enseignants ont été très réceptifs à cette proposition, la mettant parfois en œuvre le jour même !

Des séances de prévention bucco-dentaire ont également été tenues dans certains villages.

Ces séances ont été suivies avec beaucoup d’attention par la population, à tous les âges !

Séance de prévention bucco-dentaire

 En lien avec l’association Doma Doma, le projet de création de cabinet dentaire à Elinkine avance.

Ce cabinet serait installé dans un local jouxtant le poste de santé. Il devrait permettre à la population des  environs et notamment des îles l’accès aux soins conservateurs.

Une réunion de tous les acteurs concernés, mairie, Dr SENGHOR, ICP, Doma Doma, AMK, s’est tenue le 12 janvier avec le technicien de l’association Doma Doma. Ce dernier a pu valider la faisabilité dans le local et faire rapidement les plans d’aménagement qui ont à la suite permis d’établir le devis.

Le challenge sera ensuite d’assurer le budget de fonctionnement et les ressources humaines suffisantes.

Réunion à Elinkine

Les relations avec Casamasanté, association intervenant à Cap Skirring, essentiellement en santé de prévention scolaire, se poursuivent.

L’équipe de Casamasanté suit les jeunes filles qui résident à l’internat de Diembering.

Lors des consultations, des orientations de jeunes patients ont été faites vers Casamasanté en vue de consultations spécialisées.

Enfin, une rencontre avec M. le Maire de Diembering nous a rassurés sur l’avenir de la garderie initiée par Alimatou

Alimatou, enseignante à l’école primaire, a créé l’association « l’enfant mon trésor » comme support juridique de la structure.

Cette garderie qui accueillait à son début 50 enfants et qui en accueille aujourd’hui 130 rend un immense  service à la population de la commune.

La mairie de Diembering envisage des travaux dans un local qui lui sera dédié, et AMK en assurera l’équipement.

Le futur local de la garderie avant travaux

 

Bref, les projets ne manquent pas, l’action se poursuit au plus près des habitants de la région, et en lien avec les acteurs locaux sans lesquels elle serait bien moins efficace !

Notre action se poursuit également grâce à vous et à votre soutien financier absolument indispensable. Merci à vous

 

Contactez-nous sur : a.m.kassoumaye@gmail.com

Formulaire général de don et de parrainnage

 

      

Un don ponctuel, un engagement dans la durée … Dans tous les cas votre soutien est essentiel pour nous permettre de poursuivre nos actions.

Pour accéder au formulaire, cliquer ici

Vos dons donnent lieu à une réduction de votre impôt de 66%. Un don de 15 € ne vous coûte que 5 €.

AMK limite ses frais de fonctionnement au strict minimum. Soyez assuré que votre don ira directement au financement d’une action au profit de la population de Casamance.

Un grand merci pour votre soutien sans lequel rien ne serait possible !