Compte-rendu de l’Assemblée générale 2022

Samedi 15 octobre 2022 (14h-18h),

[17 avenue des Pyrénées, 31320 – Vigoulet-Auzil]

1AMK : Œuvre d’intérêt général- Loi 1901 – NW343004815 SIREN 508 096 328 000028 APE 8621Z

  1. Participants. L’assemblée s’ouvre sur l’accueil et le dénombrement des participants : n=33, dont 21 présents et 12 représentés (pouvoirs envoyés). Excusés (>10).
  1. Rapport moral présenté par la Présidente, Marie-Sylvie MASSIE.

« Qui aurait pu penser que nous aurions à traverser cette période de covid qui aura déstabilisé le monde entier… ? Au cours de ces deux années, nous avons essayé de vous tenir au courant de nos actions par l’intermédiaire de la Newsletter. 

Dans quelques semaines nous reprendrons notre journal qui est certainement pour vous tous un élément important de la vie de notre association, qui est aujourd’hui dans sa 22ème année. 

Bien sûr des missions ont été différées, et parfois annulées. Nos amis là-bas l’ont bien compris, touchés aussi par cette pandémie qu’ils ont traversée avec solidarité comme à leur habitude en pareille circonstance. Mais cette période n’a pas altéré notre volonté d’apporter un soutien et une aide à cette population casamançaise.

Nous avons eu des moments de doute, et de découragement, mais bien courts. Vous tous médecins, infirmières, dentistes, …  vous avez souhaité partir, parfois différemment, mais être là-bas nous paraissait à tous nécessaire, être à l’écoute,… Nous avons analysé ce que nous pourrions faire, comment apporter l’aide la plus durable, soutenir, soulager…

Les dentistes ont continué et augmenté la cadence des soins au cabinet dentaire d’Elinkine, ainsi que la prévention des caries dentaires au sein des écoles. Le tout a pu être conduit, et se poursuit grâce à une dotation de la Fondation Pierre Fabre, qui nous a entendu et soutenu dans ce projet avec comme interlocuteur auprès d’elle Robert Delrieu. Beaucoup d’infirmières se sont greffées sur ces actions apportant leur dynamisme et un souffle nouveau.

Des logisticiens sont intervenus sur place pour améliorer les bâtiments (internat, garderie, cabinet dentaire), et aussi pour assurer la venue des enfants, nécessitant des soins après dépistage, au cabinet d’Elinkine, voire de Djiembering.

Une mission de pédiatrie a permis d’assurer des consultations à l’hôpital d’Oussouye, et de suivre les enfants de la garderie. Une autre mission, en novembre 2021, s’est focalisée sur des petits villages reculés.

La mission de janvier 2022 a été très difficile, elle a été impactée par le covid, heureusement bien gérée par le logisticien, le médecin responsable, et par Christine notre dentiste. Ce fut compliqué, surtout pour Anne Sauvanet obligée d’attendre d’être négative pour regagner la France… Le Dr Gueye médecin, responsable de l’hôpital d’Oussouye, nous a bien accompagnés dans ces difficultés.

En mars, une petite équipe dentaire a rejoint Christine et Isabelle apportant une solution, bien qu’onéreuse, essentielle dans la gestion des caries des enfants… Christine nous l’expliquera.

La garderie a fonctionné toujours grâce à Alimatou, qui a su trouver une aide financière pour développer un atelier de maraîchage et d’élevage, afin d’avoir plus de facilités pour nourrir convenablement les enfants. Nous avons visité cet atelier… Beaucoup de travail pour cette directrice, et aussi des difficultés car l’ouverture de la garderie a été fonction de l’acceptation du gouvernement après la pandémie. Hervé pourra vous en parler.

Isabelle Konopnicki, présente sur le terrain pendant une longue période, a géré d’une part l’organisation de la prévention dentaire dans les écoles, et d’autre part la gestion de l’internat, modernisant les locaux et s’impliquant beaucoup au niveau relationnel avec les filles. L’internat CLAUDE SAGNES, est devenu une grande famille durant cette période, Claude serait fier de cette continuité. La lecture, tout à l’heure, de quelques témoignages d’anciennes pensionnaires, nous fait chaud au cœur.

Toutes ces remarques pour dire que rien de ce qui a été fait durant cette période compliquée n’a été inutile.

Les relations que nous avons eues avec nos partenaires sur place, les autorités locales, le Dr Gueye qui a succédé au Dr Senghor, sont certainement en grande partie l’explication de la pérennité de notre association et de notre présence toujours en Casamance 22 ans après sa fondation.

Nous avons donc affronté et aussi contourné de nombreux obstacles, nous avons appris à regarder dans la même direction que nos amis casamançais, et à gérer tout ce qui a pu être compliqué.

Nous allons maintenant aborder la suite de notre assemblée générale :

– le bilan financier avec Hervé,
– l’action dentaire avec Christine et Robert,
– nos nouvelles orientations avec Isabelle,
– Catherine Lecourt dans la préparation d’une prochaine mission médicale relative à la prévention de l’hypertension et du diabète.
– Jean-Claude nous présentera quelques chiffres pour donner un aperçu des nombreuses personnes qui constituent notre famille AMK : missionnaires, adhérents, parrains, donateurs, …

Vos idées sont toutes bonnes, il faut seulement que vous les partagiez avec nous, qu’il s’agisse lors de l’AG, qu’il s’agisse par mail tout au long de l’année …

Les compétences médicales ne suffisent pas … nous avons besoin de diversité dans nos équipes sur le terrain comme ici, notre avenir en dépend, un petit investissement de certains d’entre vous, est aujourd’hui nécessaire pour moderniser notre association, en particulier au niveau communication.

Jean-Claude nous a rejoints en tant que secrétaire, c’est lui qui met en forme et vous fait parvenir nos News. Il est vite devenu un élément fort de nos activités… mais la tâche est lourde : gestion des fichiers des adhérents, mise à jour du blog, circulation de l’information entre nous …

Nous avons besoin de vous tous, nous avons besoin de médecins spécialistes en gynéco, en ophtalmo, en … pour développer des actions médicales plus spécialisées… de personnes compétentes en matière d’informatique et de communication… avis aux jeunes, aux jeunes retraités qui souhaitent faire de l’humanitaire, nous apporter leurs compétences, leur contribution …

Je profite de ce message pour vous annoncer le décès de Sylvie Gesbert qui était partie plusieurs fois en mission avec nous comme infirmière. Ayant participé à une mission avec elle je sais qu’elle va nous manquer, nous avons une pensée pour elle. Elle a tenu à ce que, lors de ses obsèques, des dons soient recueillis pour soutenir nos actions en Casamance. Que sa famille et tous ses amis en soient ici remerciés chaleureusement.

Aujourd’hui je ne quitte pas le navire après la tempête, je recule juste de mon poste de présidente et je laisse ma place à quelqu’un qui a bien voulu l’accepter et qui sera un excellent capitaine. Son implication dans la marche d’AMK ne date pas d’aujourd’hui, mais elle était là depuis les premières années. »

  1. RAPPORT FINANCIER présenté par le trésorier, Hervé CANIVET

Les comptes d’AMK rapportés aux activités 2021/2022 sont présentés et commentés devant l’assemblée par Hervé CANIVET. Le bilan fait apparaître un total des recettes de 42 824€ (dons, cotisations, participations missionnaires…). Le montant des dépenses (frais internes, dotations et dons relatifs aux activités en Casamance, médicaments, missions, …) s’élève à 29 921€. Ce qui, compte tenu du fait qu’il y a eu un peu moins d’activités (Covid) lors de cet exercice, laisse un solde de 12 903€.

Le détail des comptes relatifs plus spécifiquement aux activités Dentaires, en général, et aux activités Dentaires en rapport avec le contrat passé avec la Fondation Pierre Fabre, est également présenté par Hervé avec l’appui des responsables de ces actions.

On remarquera, notamment, le faible poids que représente dans les dépenses de l’Association les frais généraux (0,64%). Il traduit les efforts incessants du collectif pour orienter l’essentiel des recettes vers les actions de terrain en lien avec les objectifs de l’association.

  1. Quitus. Un vote fait suite à ces deux Rapports (points 2 et 3). Quitus est donné pour chacun de ces rapports, à l’unanimité des votes.
  1. Adhérents & Communication. Un point est présenté par Jean-Claude MARQUIÉ sur nos adhérents, les missionnaires, les donateurs…, ainsi que sur la communication effectuée au cours des derniers mois. De même sont discutés des projets pour développeret améliorer encore cette communication (voir Annexe).
  1. NOUVELLES ORIENTATIONS. Isabelle KONOPNICKI présente ensuite les nouvelles orientations pour les futures missions. Elles sont proposées à l’assemblée et adoptées. En résumé, et en plus des actions dans le domaine Dentaire qui sont déjà bien rodées et sont encore en développement (extrait du CR du CA du 10 sept. 2022, CAEN) :

« Abandon des missions généralistes de soin dans les villages pour développer des actions de prévention et d’éducation, notamment pour l’HTA et le diabète, tout en permettant à des spécialistes d’intervenir par des consultations éventuelles à l’hôpital ou dans les gros villages …, sur des spécialités (ophtalmo, gynéco, rhumato, …), comme cela se fait actuellement avec succès pour le dentaire. Tout cela bien sûr en lien étroit avec le Dr Gueye. L‘option des missions généralistes de soin, même dans les petits villages, n’est plus retenue. 

  1. Action HTA-diabète : Catherine LECOURT présente à l’assemblée une nouvelle action en cours d’élaboration sur le dépistage et la prévention de l’HTA et du diabète. Elle explique les raisons de cette orientation nouvelle qui rejoint les préoccupations énoncées dans le Plan National de Développement Sanitaire et Social (PNDSS), plan pluriannuel 2019-2028. Elle décrit les démarches effectuées pour la mettre en œuvre. Elle a réalisé une pré-mission exploratoire à ce sujet en avril dernier, échangé avec le Dr Gueye sur l’intérêt de cette action et sur les modalités pour la conduire. Avec son accord elle a travaillé avec les deux ICP d’Elinkine et de Cagnout. Suite à cela elle a réalisé un compte-rendu adressé au Dr Gueye et aux membres du CA. Elle repart en novembre 2022 pour poursuivre la mise en place de ce projet.

[Ici aussi on peut se rapporter aux CR des derniers CA, pour plus de précisions].

  1. DENTAIRE : en plus du bilan des activités dentaires présenté par Christine PERNET, Robert DELRIEU présente, avec l’appui de cette dernière, un compte rendu substantiel de l’état d’avancement de la réalisation du dossier FPF, dans ses trois volets : Soin (40% des patients déjà vus en consultation à ce jour), Prévention (69% du programme effectué), et Implication des acteurs locaux (un peu de retard est pris dans de ce secteur), ainsi que dans ses aspects financiers. En plus des contacts périodiques d’information sur l’avancement du projet assurés par Robert auprès de nos interlocuteurs de la FPF, un rapport intermédiaire est sur le point de lui être envoyé, auquel on pourra se référer.

[On peut aussi se référer au bilan envoyé à l’IEF d’Oussouye par Isabelle le 8/09/2022 à propos des actions menées par notre association l’an passé sur la prévention bucco-dentaire]

  1. INTERNAT : le point est fait sur ce sujet par Isabelle KONOPNICKI. L’essentiel des informations relatives à l’Internat ont été publiées à deux reprises au cours de l’année 2022.Isabelle fait en outre lecture de quelques lettres d’anciennes pensionnaires qui confortent les efforts effectués par AMK dans ce domaine.
  1. GARDERIE : le point est fait par Hervé CANIVET devant l’assemblée. Il reprend, ici aussi, les différentes questions discutées dans les précédents CA, notamment la nécessité d’un retour plus précis sur la gestion de la part d’ALIMATOU et de son Comité de Gestion.
  1. Questions diverses :Recherche de nouveaux financements ; mise en place d’une action « Déchets Médicaux » ; possibilités de recours à Air France pour le transport de matériel vers la CASAMANCE ; appel à des dentistes pour venir en mission (manque de candidats) ; etc…
  1. Renouvellement du CA et du Bureau : Il est ensuite procédé au renouvellement des membres du Conseil d’Administration. Après examen des candidatures (trois membres du précédent CA se retirent et 4 nouvelles personnes présentent leur candidature) un vote est effectué. Puis au sein du nouveau CA les membres du bureau sont élus dans la foulée. De même les principaux Référents sont désignés. La composition du nouveau CA et du bureau, ainsi que la liste des Référents sont présentées dans le tableau ci-dessous. Bienvenue aux entrants dans le CA. Et merci aux sortants pour le mandat écoulé.

AMK – Nouveaux Membres du CA (dont membres du Bureau, en Gris) depuis le 15 octobre 2022. À droite, les Référents(autres Référents non-membres du CA : Agnès Pinton : Pharmacie ; autres [Bâtiments ?] …en cours).


Depuis 15 oct 2022AdressesTitres-FonctionsRéférents
1Isabelle KONOPNICKIisa.konop@orange.frPrésidenteInternat
2Marie Sylvie MASSIEmariesylviemassie@gmail.comVP-d’HonneurGarderie 1/2
3Benoît GARCONbenoit.garcon@wanadoo.frVP-FondateurMéd.G 1/2
4Catherine LECOURTcalecourt@wanadoo.fr
HTA-Dia
5Valérie GARAMBOISgaramboisv@yahoo.fr

6Estelle COPOLLANIestellecoppolani@gmail.com
Méd. G 2/2
7Hervé CANIVETherve.canivet@gmail.comTrésorier
8Christine PERNETchristinepernet@icloud.com
Dentaire
9Cédrine PEUCHETcedrine.peuchet@orange.fr
Infirmières
10J-Claude MARQUIÉjcmarquie@wanadoo.frSecrétaire
11Julien ALBARjj.albar@aliceadsl.frSecrétaire Adjoint
12Françoise CASTANfrancastan32@gmail.comAide SecrétariatGarderie 2/2
13Mari-Hélène GALINIERevadesejour76@hotmail.frTrésorière adjointe
  1. L’Assemblée Générale est clôturée à 18 heures

ANNEXE du Point 5 : quelques repères chiffrés sur les membres et participants de l’association

Publicité

Le retour de nos histoires africaines

Été 2022

Bien chers amis, marraines et parrains de l’internat Claude Sagnes.

Ainsi reviennent nos petites histoires des filles de Diembering.

Comme prévu je suis retournée en Casamance le 21 février pour un séjour de cinq semaines. Oumeya Elouadie m’a accompagnée les trois premières semaines, travaillant sans relâche et avec grande efficacité, tant à l’internat que dans les actions dentaires d’AMK. Je vous laisse avec elle pour vous raconter tout cela !

Oumeya Elouadie. 24h de voyage et nous voilà à Diembering. Il faut bien ce temps pour traverser les pays, les mers et les continents. Nous nous arrêtons au bord de la « départementale » ; on dit plus localement « le goudron ». Quelques minutes à pied sur la piste ensablée et nous arrivons au portail de l’internat.

Sa localisation est bien choisie par rapport au village dont le centre se trouve à une dizaine de minutes à pied ; cela peut être plus complexe pour Anne-Marie la cuisinière lorsqu’elle charge sur sa tête de lourdes denrées depuis chez elle ; elle apprécie qu’on passe la chercher quand nous avons la voiture !

L’internat offre de très bonnes conditions aux jeunes filles : eau et électricité en autonomie, salles d’étude avec bureaux personnels, repas midi et soir assurés. Elles doivent chacune s’occuper et s’entraider pour les révisions et les devoirs. À cela s ‘ajoutent les tâches quotidiennes partagées : aide à la cuisine, nettoyage des sanitaires, des espaces communs et réfectoire (lavage tous les jours à l’eau avec la serpillière, voire deux fois par jour !), arrosage du potager… Bel apprentissage ! En cela l’internat remplit bien sa fonction éducative.

Le nouveau foyer vient compléter ce cadre presque idéal. À notre arrivée, il ne manquait que la porte d’entrée à cette nouvelle pièce ; le carrelage, le toit, les volets et l’électricité étaient terminés. La porte fut installée quelques jours plus tard par Etienne, notre maçon fantôme… mais à l’envers ! Un verrou supplémentaire posé à l’intérieur permettra de sécuriser la pièce plus convenablement ainsi que la pose de grilles aux fenêtres.

Il restait maintenant à peindre les murs et à donner une « âme » à cet espace… Facile !! Isabelle ayant fait le choix d’une peinture naturelle et peu coûteuse, nous voilà devant trois gros seaux de chaux… vive… seule version disponible ici ; il fallait donc l’éteindre ! Ni une ni deux ! on emprunte une marmite et un tamis à la cuisine (ça va chauffer !), des seaux de toutes tailles et voici une quinzaine de filles équipées de gants jusqu’aux coudes, prêtes à éteindre ces mystérieux cailloux. Après quelques essais peu concluants, mais exploitables, nous laissons les filles finir le premier seau sous étroite surveillance. La suite est prévue en fin d’après-midi, mais à notre retour stupéfaction ! de découvrir le second seau préparé à la bonne texture fine et lisse ! Les travaux pratiques de chimie ont porté leurs fruits.

C’est parti pour la première couche de badigeon. Une douzaine de filles s’activent ; chacune a son pinceau, rouleau, brosse à tapisser, voire une vieille brosse… à dent ! Pour les recoins c’est pratique… L’atelier dégénère rapidement : dessins sur les joues, les bras, les mains ; « attention vous allez avoir des peaux de crocodiles ! ». Tout le monde à la douche et en même temps !  Chacune sa brique ou son tabouret, son seau, son écuelle… dans le jardin ! Instant quotidien à l’internat, le moment de la douche est un moment convivial où l’on partage des blagues, où l’on chante le dernier tube à la mode.

L’équipe jardin les rejoint, bien entendu, après l’élaboration d’une clôture autour du potager grignoté par les poules du voisin. Construction 100 % locale à base de feuilles de palmier, branches coupées au coupe-coupe aux alentours, morceaux de moustiquaires. On termine la clôture par un peu de maçonnerie au niveau de l’entrée du potager. Chacune apporte son expertise sur la préparation du ciment, la disposition des briques ; héritage familial pour certaines, apprentissage pour d’autres. Et l’on finit par une dédicace de chacune sur le ciment frais.

Au fur et à mesure de mon séjour j’ai découvert que l’internat était toujours un endroit très vivant ; excepté lorsque les filles sont en cours, évidemment. Le lieu paraît si vide en leur absence le matin ! Ensuite elles arrivent, seules ou par groupe de deux ou trois, sur le coup de midi… « Anne-Marie ! Isabella ! Oumeya ! Ça va bien ? » chaque fille passe le portail et on entend nos prénoms.

Certaines s’approchent, jettent un œil à nos activités avec curiosité, vont se doucher puis reviennent participer à nos travaux pour cinq ou dix minutes, surtout pour la peinture de la fresque du mur central, sur une idée d’Isabelle.

Un mercredi après-midi je leur propose une séance photo à toutes ; on installe un studio de fortune avec des draps et un peu de musique. Chacune prend le temps de s’habiller pour l’occasion, puis devant l’objectif on s’échange des bijoux, des chaussures pour parfaire la tenue. Le tout nouveau foyer bourdonne tel une ruche, entre les 4ème qui prennent la pose, les petites qui prétextent l’avancement de la fresque pour profiter du spectacle, et les 3ème installées sur un banc pour une dernière révision avant leur composition de l’après-midi, mais qui n’en perdent pas une, elles aussi ! Ce fut une belle occasion de révéler chacune d’elles. Un beau moment pour moi également !

La journée s’est terminée en cuisine pour préparer ensemble des rouleaux de printemps pour le soir. J’avais apporté de France quelques ingrédients pour cette approche de cuisine asiatique, mais ce sont les crevettes et les cacahuètes du coin qui ont donné du goût ! Cela manquait de piment pour certaines, de coriandre pour d’autres, mais les perles de tapioca à la banane et au lait de coco en dessert ont fait l’unanimité !

Après ces quelques semaines, l’heure de mon départ sonne déjà ; difficile de quitter cette bande de filles pleines d’envies et de vie !

La mission est passée très vite, bien remplie par les travaux à l’internat mais aussi par les activités liées aux cabinets dentaire d’Elinkine et de Diembering, et par la prévention dentaire dans les écoles.

Nous avons eu le temps d’améliorer et de réparer pas mal de choses ; il y a encore de nombreux détails à finir, mais le travail d’Isabelle et des autres bénévoles ces dernières années est colossal. Le nouveau foyer va permettre de nouvelles activités. Les ateliers participatifs avec les internes sont à développer pour les prochaines missions, dans le but d’échanger et d’apprendre ensemble.

Je suis prête à revenir l’année prochaine… et impatiente de revoir la petite Oumeya, petite fille d’Anne-Marie, la cuisinière : elle a hérité de mon prénom à sa naissance pendant mon séjour. Me voilà liée à Diembering pour toujours ! 

Oui, le séjour d’Oumeya s’est passé on ne peut mieux ! Et les contacts écrits et téléphoniques continuent entre la jeune photographe et ses jeunes modèles !

Après son départ j’ai tenté de finir une bonne fois pour toutes les cinq ou six bricoles qu’il restait à faire : maçonnerie par-ci, reprise de soudure par-là. Mais avec un maçon aux abonnés absents et un soudeur overbooké, ce fut compliqué ! Même si parfois des petits miracles peuvent se produire, tel le jour où un couple de touristes normands de passage à Diembering sont quasiment tombés nez à nez avec l’ancienne dentiste de leur village (notre célèbre Christine) attablée devant son plat de riz-poisson quotidien. Passé le temps des retrouvailles et des explications de notre présence au village, Laurent n’a pas hésité à nous proposer son aide technique et s’est retrouvé quelques heures plus tard, la truelle à la main en compagnie de Célestin pour enfin terminer l’élargissement de la porte du local solaire permettant d’y entreposer le gros congélateur… Un grand merci à eux pour ce coup de pouce improvisé qui nous a bien aidées.

Cela ne semble pas, mais pour la moindre réparation, nous nous trouvons souvent face à deux genres de problèmes :

  • trouver un bon professionnel compétent et avoir la voiture disponible pour le convoyer lui et les matériaux sur le chantier (au mieux ils ont une petite moto). Cela demande d’être présent constamment si on veut finir rapidement les travaux ;
  • trouver du matériel de qualité que je définirais comme basique, en France, mais qui fait plutôt partie du luxueux au Sénégal ; le moindre robinet, tuyau, contreplaqué, peinture, interrupteur, prise de courant…, tout est de très mauvaise qualité (chinoise le plus souvent), à quoi s’ajoutent les conditions climatiques : chaleur, humidité, sable et corrosion marine ; cela nous donne des réparations incessantes.

À mon départ, début avril, le nouveau foyer était prêt à accueillir les quatre ordinateurs ou tablettes qui ont été amenées ; la machine à coudre s’installait sur un deuxième petit bureau ; une petite étagère rassemblait tout le matériel et les outils ; le gros congélateur pour la réserve de poisson entamait une deuxième vie, refait à neuf par le technicien du froid ; 11 robinets avaient été changés (fuites+++) afin de moins solliciter la pompe pour le remplissage des cuves.

Des nouvelles depuis ? La situation alimentaire se dégrade quelque peu au Sénégal. Amy et Yamta, les directrices, se démènent pour gérer le budget au mieux, mais me font part de l’augmentation de près de 20 % du prix des aliments de base (le poste ravitaillement a en effet augmenté de près de 150­­ € ces dernier mois). Elles ont, en juin, bénéficié d’une dotation alimentaire conséquente sous forme de légumes de la part de la fondation Club-Méd. Les filles ont chaleureusement remercié les donateurs et fait part de leur intérêt pour le renouvellement de ce genre de don…

Nous allons finir ces nouvelles par le traditionnel petit point financier. Ces imprévus liés à la situation mondiale grèvent un peu le budget prévu, sans toutefois qu’il y ait péril en la demeure. Il serait bien de reconstituer la petite réserve qui a été bien entamée par les travaux d’entretien et l’augmentation du coût de la vie.

Cela m’amène à proposer, à ceux d’entre vous qui en seraient d’accord, de passer à 20 € les prélèvements ou virements mensuels ; si tel est votre cas, veuillez m’en avertir afin que je le note bien pour qu’il n’y ait pas d’erreur au final sur vos reçus fiscaux.

Cela m’amène à proposer, à ceux d’entre vous qui en seraient d’accord, de passer à 20 € les prélèvements ou virements mensuels ; si tel est votre cas, veuillez m’en avertir afin que je le note bien pour qu’il n’y ait pas d’erreur au final sur vos reçus fiscaux.

D’autre part, pour en finir avec ce sujet, j’ai observé que, pour certains d’entre vous, les ordres de virement mensuel n’avaient pas été reconduits en début d’année. Veuillez avoir la gentillesse de vérifier si l’ordre de la banque n’est pas à refaire ou bien, si c’est le cas, de m’informer de votre désir de suspendre vos parrainages. Je vous en remercie.

Ces nouvelles de l’internat Claude Sagnes finiront dans la joie mais aussi dans la tristesse. La joie, c’est Fatima qui fut directrice jusqu’à l’an passé et qui nous a fait part en mai de la naissance de sa fille Anna. La tristesse, c’est la disparition de Sylvie, que nous venons d’apprendre, attentionnée missionnaire AMK et fidèle marraine de l’internat.

Je vous remercie chères marraines et chers parrains de toute l’attention que vous portez à l’internat et aux 30 filles qui y vivent, étudient, chantent, rient et sourient ! Je vous souhaite de passer un bon été, entourés de vos proches. Je vous donne rendez-vous en automne, avec sûrement de nouvelles histoires et de nouveaux projets…

 Isabelle

NEWS d’Avril 2022

AMK en temps de COVID

Les deux années COVID que nous avons traversées ont fortement perturbé nos actions en Casamance, en particulier en ce qui concerne les missions médicales itinérantes dans les villages qui ont lieu habituellement trois fois par an (novembre, février, avril).

Ce constat n’est pas valable pour l’activité dentaire qui a été et reste très soutenue grâce en particulier à l’engagement de Christine PERNET et d’Isabelle KONOPNICKI qui ont presque élu domicile en Casamance près de cinq mois par an pour développer cette action. N’oublions pas tous ceux et celles qui se sont relayés auprès d’elles (dentistes, infirmières, assistantes dentaires, et même logisticiens) pour apporter leur aide. Cette activité a concerné, d’une part les soins dentaires (Christine) dans le cabinet dentaire d’Elinkine, réalisé en 2018, et à Diembering et, d’autre part, la prévention dentaire (Isabelle) dans toutes les écoles du secteur.

A ce jour près de 2000 patients et plusieurs milliers d’enfants ont été concernés.

Cette action dentaire répond localement à un énorme besoin en la matière. On peut même la considérer comme une urgence, tant l’état de santé bucco-dentaire des populations est catastrophique. Cette action a pu être entreprise grâce à l’aide financière apportée par la Fondation Pierre FABRE (FPF) dans le cadre de leur APPEL A PROJETS 2021 – Coopération en Santé de la Région Occitanie – qui a permis d’établir un Programme étoffé en faveur de la santé bucco-dentaire dans le district sanitaire d’Oussouye. Christine et Isabelle nous en font un résumé ci-dessous.

Le cabinet dentaire (Christine).

En effet, pas de trêve ni de mise en repos pour cause de pandémie pour les actions dentaires d’AMK, bien au contraire ! Au cours des deux dernières années, les activités se sont même encore développées en Casamance.

Le cabinet dentaire d’Elinkine, ouvert depuis bientôt trois ans, a pu proposer des soins à près de 1500 patients des villages et des îles environnantes, répondant en cela aux souhaits de la population. La mairie de Mlomp, qui a financé une partie du projet, avait choisi le village d’Elinkine pour offrir un accès aux soins dentaires aux habitants des îles qui étaient dépendants d’un trajet en pirogue.

Le cabinet reste ouvert plus de cinq mois par an, et les praticiens qui s’y sont succédé, au nombre de quatre, ont pu prodiguer leurs soins tout en évitant la saison de « l’hivernage » (saison de grosses chaleurs et de pluies torrentielles), trop pénible pour nous. Sur certaines périodes, deux praticiens étaient présents simultanément, ce qui a permis, avec l’accord du médecin chef du district sanitaire d’Oussouye, d’ouvrir une antenne éphémère au poste de santé de Diembering. La valise de soins acquise précédemment pour les missions itinérantes d’AMK, a permis de proposer des soins pour les villages du secteur. Et au vu de la fréquentation, cela correspond à un besoin réel.

Nous poursuivrons cette action chaque fois que ce sera possible grâce à la participation des praticiens qui nous rejoignent. Nous souhaiterions bien entendu qu’ils soient plus nombreux pour nous permettre d’augmenter l’offre de soins sur les deux sites.

Les praticiens seuls, ne sont rien, ils doivent se faire aider par des assistantes recrutées parmi les infirmières de l’association et des aides locales, certaines déjà très compétentes et d’autres en cours de formation. 

Autre facette de nos actions dentaires, et pas des moindres : la prévention (voir aussi plus bas). Nous intervenons dans toutes les écoles élémentaires du secteur : sensibilisation des enseignants à l’hygiène dentaire et alimentaire ; mise en place d’une activité quotidienne de brossage des dents à l’école après distribution des brosses à dents à tous les élèves ; dépistage des caries dentaires chez tous les élèves des classes de CM1 et CM2. Les enfants chez qui des soins sont nécessaires sont orientés vers le cabinet dentaire d’Elinkine ou à Diembering. Ils sont accompagnés par leurs enseignants ou par leurs parents.

Cela amène bien sûr un surcroît de travail au cabinet, et nous avons dû, pour y faire face, embaucher et former une assistante sénégalaise à Elinkine. Lorsque nous intervenons à Diembering c’est Fatima, dite « petiote », qui nous aide. Elle nous suit depuis 15 ans dans toute nos missions itinérantes. Elle connaît parfaitement le travail. Elles sont toutes les deux d’une importance capitale pour ce qui est de la communication. Elles interviennent avec nous dans les classes. Elles parlent les dialectes locaux. Les enfants comprennent mieux les consignes et les informations qui leurs sont données. Il en est de même au cabinet où les patients comprennent mieux ce qu’il va leur arriver. De ce fait, les soins s’en trouvent facilités. Elles sont bien sûr toutes les deux rémunérées par l’association.

A propos du rôle crucial de l’assistante sénégalaise :

C’est elle qui rend possible un véritable dialogue entre le patient et le praticien.

Le praticien doit comprendre quel est le problème du patient, quelle est sa demande, son attente. Et le patient doit pouvoir comprendre la solution qui lui est proposée, et ses raisons… cette proposition est parfois différente de ce que le patient s’était imaginé. S’ensuit alors un temps de négociation pour faire comprendre que la solution proposée est la meilleure pour lui, que c’est son intérêt. Cela doit aboutir à un accord partagé. Avec la barrière de la langue, c’était jusque-là impossible !

C’est essentiel pour la réussite du traitement ; c’est par ce biais que l’on obtient la coopération du patient ; les soins s’en trouvent alors grandement facilités.

C’est Isabelle qui se charge de mener à bien et de coordonner tout ce qui concerne la prévention. C’est un travail immense qu’elle mène à la perfection. Merci à elle.

Merci aussi à vous qui nous aidez financièrement ou par des dons de matériel et de fournitures. C’est vous qui rendez possibles nos actions sur le terrain. Merci également à la Fondation Pierre Fabre qui nous a accordé une aide financière substantielle. Et merci enfin aux praticiens qui nous rejoignent sur place.

Si vous êtes chirurgien-dentiste, laissez-vous tenter par cette aventure, humainement si enrichissante. Venez nous rejoindre ; nous pourrions grâce à vous soigner encore plus de patients.

Et, comme déjà dit plus haut, mais il ne faut pas cesser de le rappeler, nos actions sont toujours menées avec l’appui des instances locales, sanitaires et éducatives. Notre devise : « Faire avec, sans remplacer ».

La prévention dentaire (Isabelle)

« Allo ? ici Elinkine. Bienvenue au cabinet dentaire ! ». Voilà le message affiché dès votre accueil ! « L’équipe AMK fera tout son possible pour vous prodiguer des soins de qualité à un prix plus qu’abordable ». Dès la salle d’attente petits et grands pourront patienter en feuilletant quelques livres mis à disposition tout en profitant de l’ombre fraîche de la pergola fabriquée sur mesure par Sébastien PEUCHET et Hassan.

Vous serez ensuite pris en charge par nos dentistes : Christine, Jean Marc LEAUTE ou Michel FERRE secondés maintenant par nos assistantes Marie-Louise ou Marina BASSENE, formées cette année aux techniques de la stérilisation des instruments, mais aussi chargées de la lourde tâche de tenir des dossiers et d’assurer la communication/traduction avec les patients.

« Nous espérons que votre passage sur le fauteuil se fera sans trop d’appréhensions et souhaitons vous revoir bientôt dans les rues ou au cabinet d’Elinkine ! »

Voilà donc plusieurs années que les soins dentaires sont petit à petit rentrés dans les habitudes de la population de cette région de Casamance. Il est maintenant temps de mettre les bouchées doubles sur la prévention car nous sommes atterrées par le nombre croissant de bouches enfantines remplies de vilaines caries que l’on nous demande de soigner.

L’obtention de l’aide accordée par la Fondation Pierre Fabre nous permet d’engager à grande échelle le programme de prévention déjà amorcé depuis plus de trois ans dans certaines écoles.

Après avoir pris contact avec Mr WADE directeur de l’IEF (Institut d’Education et de Formation) d’Oussouye et Mr BODIAN, chargé académique de la santé (responsable de la Santé et de la Nutrition à l’Inspection d’Académie) et de la nutrition, c’est munies de la liste de tous les établissements scolaires du secteur que nous sommes arrivées fin Octobre 2021 pour organiser un plan d’attaque focalisé sur trois points : Prévention, Dépistage, et Soins.

La salle d’attente du cabinet dentaire étant pleine dès le premier jour, il est devenu nécessaire de former une assistante dentaire sénégalaise afin de dégager du temps pour les visites des écoles ; une première semaine bien remplie entre préparation du matériel pédagogique, élaboration du planning et formation de Marie-Louise.

Par souci d’efficacité, nous avons procédé par cercles concentriques autour de nos deux pôles de soins dentaires, Elinkine et Diembering. Petites et grandes écoles ont été contactées par le biais des ICP[1] ou ASC[2] chargés de leur surveillance. Nos équipes successives, Cédrine et Sébastien PEUCHET, Nadine LLEIDA, Maguy PELISSIER, moi-même et pour finir Farida DUBOIS se sont relayées pour présenter le projet « se brosser les dents à l’école » aux enseignants. Avec eux des séances de prévention ont été animées dans plus de 32 établissements, alliant un discours simple, imagé et le plus persuasif possible en ce qui concerne l’arrêt, ou du moins la baisse de consommation de produits sucrés (bonbons, sodas, …) ! Nous sommes ensuite repassés avec nos dentistes, quand ils étaient disponibles après leurs lourdes matinées de soins, pour consulter et dépister les élèves de classes CM1 et CM2 présentant des débuts de caries sur dents définitives.

Quels trésors d’imagination avons-nous dû déployer pour concevoir des dispositifs pratiques et durables pouvant recevoir les brosses-à-dents des enfants de chaque classe avec un maximum de sécurité par rapport au Covid, qui heureusement ne semble pas trop virulent par ici ! … et pour contourner les difficultés de communication en montrant, répétant, mimant, dessinant, chantant ou traduisant nos propos ! Cette activité de brossage des dents est maintenant inclue dans les activités scolaires quotidiennes.

Dès fin novembre, nous avions déjà une bonne liste d’élèves à soigner, alors que le flot des consultants au cabinet ne tarissait pas, certains arrivant dès 5/6h du matin pour ne pas rater leur tour ! Il a donc fallu organiser l’accueil au mieux en réservant deux matinées par semaine aux scolaires, les trois autres étant consacrées au reste de la population. Les écoles en ont été toutes informées et une bonne moitié a joué le jeu en organisant l’envoi des enfants.

Nous voilà arrivés bientôt à l’heure de la fermeture du cabinet et du bilan de cette première saison de lutte contre la carie dentaire en milieu scolaire. Le récent passage de deux jeunes dentistes spécialisées en soins pédiatriques[3] a bien fait avancer le dossier, nous ouvrant techniquement de nouvelles perspectives de soins à grande échelle pour les enfants, et nous obligeant à parfaire l’organisation de leur acheminement vers les lieux de soins d’Elinkine ou de Diembering.

Cette première campagne nous a permis de sensibiliser plus de 3700 enfants à l’hygiène bucco-dentaire. On peut dire que c’est un bon début ! Ces prochains mois de repos vont nous servir à en faire le bilan, mais surtout à imaginer les améliorations à apporter : implication des parents, collaboration avec les enseignants, travail sur la nutrition.

Au final je dirais comme Christine : « Quel plaisir de voir toutes ces dents bien propres !!! ».

Extrait du témoignage de Louise Gotas (pédodentiste – mission dentaire printemps 2022)« Cette mission nous a permis de faire de la prévention bucco-dentaire dans les écoles. Il est intéressant de pouvoir revoir les enfants rapidement. Pourquoi ne pas faire un planning pour repasser plusieurs fois dans les mêmes écoles pour bien ancrer le message ? Isabelle s’en occupe très bien.Le concept de soins sur place que nous avons mis en place lors de notre journée à Ourong et Elidj me semble pertinent, permet de soigner le plus grand nombre d’enfants et de cibler les polycariés qui nécessiteront des soins plus importants (pulpotomies, pulpectomies, extractions) et qui devront être revus en cabinet. »

Missions itinérantes de consultation médicale

Quelques missions médicales itinérantes en équipe dans les villages ont pu avoir lieu malgré la pandémie, bien que moins nombreuses et, pour l’une d’entre-elles (janvier 2022) avec des perturbations liées au Covid.

En janvier 2021, Marie-Sylvie MASSIE s’est rendue en Casamance avec Anne MAHE, pédiatre, qui a pu consulter tous les enfants présents à la garderie, et effectuer des consultations de pédiatrie à l’hôpital d’Oussouye. Cette mission a aussi permis divers contacts avec des autorités locales (préfet, sous-préfet…).

En novembre 2021, une mission purement médicale (sans le dentaire) était destinée à maintenir et renforcer les contacts auprès de nos nombreux interlocuteurs et partenaires sur le terrain. En particulier avec Ibu GUEYE, Médecin chef du District Sanitaire d’Oussouye, qui a gentiment reçu toute l’équipe AMK et lui a fait visiter les travaux en cours (bloc opératoire, maternité) à l’hôpital ; avec le maire de la commune ; avec Alimatou ; mais aussi avec nombre d’acteurs de terrain (ICP, ASC, collaborateurs, artisans et commerçants…) dans les six villages visités lors des consultations médicales.

En janvier 2022, malgré les difficultés engendrées par le Covid de certains membres de la mission, plus de 500 consultations ont été réalisées : 186 en médical, 222 en dentaire, et 145 en optique. Ce dernier aspect, tout nouveau dans le cadre des missions, a été possible grâce à la participation de Stéphanie MERCIER infirmière orthoptiste. Bravo à cette équipe qui a fait face en s’adaptant aux difficultés du moment, et au courage de celles qui ont dû prolonger leur séjour par une période de confinement.

L’Internat de jeunes filles de Diembering

Isabelle a, à plusieurs reprises, au cours de ses longs séjours, partagé ses activités entre les séances de prévention dentaire dans les écoles et l’animation au niveau de l’internat de jeunes filles de Diembering. Comme à chacune de ses venues, elle passe en revue les problèmes et cherche les solutions les mieux adaptées, notamment concernant l’installation solaire, l’équipement électroménager, la maintenance des sanitaires, l’aménagement de l’espace de vie.

Dans la lettre envoyée aux parrains et marraines en début d’année 2022, elle décrit les activités récentes de l’internat et la bonne ambiance studieuse qui y règne, ainsi que les nombreuses initiatives prises pour améliorer le quotidien (bravo Isabelle !). Par exemple :  acquisition d’un nouveau réfrigérateur et d’un superbe réchaud à gaz ; travaux de maçonnerie permettant de créer une nouvelle pièce destinée à plusieurs usages tels que bureau, atelier couture, point informatique, et pourquoi pas coin pour la bibliothèque et stockage de matériel… Grâce aux dons des parrains et marraines et aux rentrées financières liées à la vente d’objets artisanaux ramenés du Sénégal ou confectionnés en France, le bon fonctionnement est assuré. Même si de nouveaux parrainages, qu’on s’efforce de trouver, offriraient des facilités supplémentaires évidentes.

Avis à ceux qui souhaiteraient devenir parrains de l’Internat : nous pouvons vous adresser pour information les dernières lettres aux parrains afin que vous puissiez mieux connaître le fonctionnement de cette structure avant de vous engager.

La garderie

Le fonctionnement de la garderie n’a pas été épargné par la pandémie. Le nombre de 130 enfants accueillis au cours de l’été 2019 n’a pu être atteint en 2020, du fait de la fermeture des écoles à cause du Covid. Néanmoins, un peu de soutien a pu être apporté par deux missionnaires en août 2021[4].

Grâce à l’aide d’une association italienne, Alimatou, fondatrice et gestionnaire de la garderie, a pu mettre en place un jardin potager et un petit élevage de volailles et de porcs pour contribuer à un approvisionnement moins couteux pour les repas des enfants de la garderie. Les premiers résultats concrets sont déjà là. On souhaite bonne réussite et longévité à cette nouvelle initiative. 

L’aide attendue de plusieurs autres associations n’a pas été au rendez-vous. La paralysie de l’économie locale a plongé de nombreuses familles dans des difficultés financières. L’ambition d’Alimatou d’ouvrir la garderie plusieurs mois au cours de l’année scolaire n’a pu se réaliser que partiellement. On peut espérer que, là aussi, la reprise sera fructueuse. Des possibilités existent avec la nouvelle municipalité élue.

Si certains parmi vous souhaitent participer au cours de l’été à l’animation de la garderie, nous vous mettrons en rapport avec Alimatou.

Relations avec nos partenaires locaux

Marie-Sylvie, présidente d’AMK, n’a cessé au cours de ces deux dernières années de maintenir le contact avec les autorités locales, en particulier avec le nouveau médecin-chef du district sanitaire le docteur GUEYE qui accueille favorablement nos propositions et guide, soutient et facilite nos actions. Il a entrepris de rénover le bloc opératoire et les chambres de l’hôpital. L’aide financière gouvernementale ne pouvant suffire pour cette rénovation, il fait appel aux associations. AMK lui a apporté une petite participation à ce projet.

Tout récemment, fin mars et début avril, Marie-Sylvie s’est rendue en Casamance pour participer, avec deux jeunes recrues dentistes, Camille et Louise, à l’activité dentaire (mission du 27 mars au 10 avril). Elle en a profité pour rencontrer le nouveau maire de Diembering, M. Léopold Abba DIATTA, et ses adjoints afin de leur présenter nos activités. Deux points importants ont pu être abordés : l’internat et la garderie. En effet, si les bâtiments concernés sont l’œuvre d’AMK, ils appartiennent à la mairie qui devrait, comme convenu, en assurer l’entretien.

Envoi de matériel

Plusieurs expéditions de cartons d’équipements, de matériel, fournitures diverses (Internat, hôpital, …) ont eu lieu, l’un en juin 2021, l’autre en mars 2022. En particulier l’expédition d’un fauteuil dentaire pour notre ami Georges DIATTA, dentiste à Dakar et notre représentant/correspondant au Sénégal.

Merci à tous ceux qui soutiennent AMK.

Et à bientôt


[1] Infirmier Chef de Poste.

[2] Assistant de Santé Communautaire.

[3] Camille ESPAGNO et Louise GOTAS (pédodentistes toulousaines).

[4] Sarah CHOISNEL et son ami Yatharthan  PADIGALINGAM.

Nos nouvelles petites histoires africaines… en différé !

Le site d’AMK s’est endormi pendant quelques temps mais sur le terrain, le travail continuait et les articles, compte rendus de nos missionnaires attendaient son réveil…
Les voilà donc en différé :

7 février 2022 L’internat :

Bien chers amis, marraines et parrains de l’internat Claude Sagnes, les jeunes filles, le comité de gestion et moi-même vous adressons nos chaleureux vœux de santé et de bonheur pour cette belle année qui commence.
Voici comme promis les nouvelles de ces derniers mois passés en Casamance, dans lesquelles vous croiserez successivement sur le chemin : Christine notre dentiste préférée ; Cédrine et Sébastien, petites mains multitâches ô combien efficaces ; Nadine, infirmière aguerrie, et moi-même.

Arrivées mi-octobre 2021, les derniers orages de la fin d’hiver et la chaleur
étouffante nous attendaient mais n’ont pas entamé notre volonté d’organiser au
mieux le planning des bénévoles qui allaient se succéder durant les semaines
et les mois suivants sur nos différentes actions en cours :
• cabinet dentaire ;
• prévention dentaire en milieu scolaire ;
• gestion de l’internat ;
• reprise des missions de consultations dans les villages.

Comme à chaque fois, mes premiers passages à l’internat permettent de faire le tour des problèmes et des solutions à prévoir :
• l’installation solaire ;
• l’équipement électroménager ;
• la maintenance des sanitaires ;
• l’aménagement de l’espace de vie.
Ma présence sur deux mois m’a donné l’occasion d’écouter, comprendre, échanger et partager beaucoup de choses sur ces différentes questions

Voici donc nos petites aventures sénégalaises :

SOLEIL MON AMI

Première vérification : l’installation solaire est terminée, mais à la remise en route, début octobre, l’ancien onduleur nous a lâchés risquant de fragiliser le bon fonctionnement… Heureusement Mr Diedhiou veille et intervient toujours avec la même efficacité ! Nous voilà
maintenant avec un matériel remis totalement à neuf, installé dans un local technique spacieux et aéré, pouvant accueillir le congélateur récupéré au collège. Malheureusement… « La porte est trop petite Isabelle, ça ne rentre pas… ». Voilà donc posé le premier problème ! Heureusement les travaux d’extension prévus vont pouvoir le résoudre en rajoutant un élargissement de porte au devis.
Le bilan financier de l’installation se monte à 6 942 €, dépenses des deux dernières années cumulées presque entièrement couvertes par la subvention de 6 000 € que nous a octroyée la région Occitanie.

OH ! LE BEAU REFRIGERATEUR

On continue le tour d’horizon de début de mission avec Amy, Salimata et Anne Marie, les deux directrices et la cuisinière :

« Isabelle le frigo est gâté, il n’a pas redémarré…
Mais c’est une catastrophe pas de frigo avec cette chaleur !
Depuis un mois on se débrouille…»
Je tourne et retourne dans mon lit : « déjà rafistolé l’an passé, c’est pas la peine, il est mort… oui mais pas prévu au budget… ça doit coûter au moins dans les 350 ou 400 000 cfa ici… non mais tu peux pas laisser 30 filles sans frigidaire ! bon laissons-nous le temps de la réflexion ».
De passage à Oussouye, Sébastien, en bon logisticien, s’arrête pour nous acheter des confitures à la fabrique (il nous gâte !) ; nous l’accompagnons espérant trouver à acheter quelques mangues séchées…
« Oh ! Quel beau réfrigérateur… Il est à vendre ? C’est tout à fait ce qu’il nous faut.
Oui 250 000 cfa, nous dit Emma.
Trop cher dit Sébastien, on le rend à 100 000… s’ensuit une négociation serrée où chacun ne veut rien lâcher…
Séb tranche : « bon on repasse demain pour avoir la réponse de la responsable ».
Et c’est ainsi que Sébastien réussit à nous obtenir un grand frigidaire quasiment neuf pour 125 000 cfa (193 €) ramené par nos soins à Diembering. Il mettra encore une quinzaine de jours pour reprendre du service et se remplir. Les filles s’étaient tout à fait habituées faire sans !

ÉTIENNE ET LA GÉOMÉTRIE

Avant mon départ nous avions travaillé avec Hervé Canivet sur le projet de création d’une nouvelle pièce à usage de bureau, atelier couture, point informatique, pourquoi pas coin pour la bibliothèque et stockage de matériel.
Les plans étaient faits, l’organisation planifiée. Dès mon arrivée 1000 briques ont été fabriquées et séchaient au soleil et les rendez-vous étaient pris avec les divers artisans devant intervenir. Tout était donc prêt pour finaliser le chantier en 3 ou 4 semaines sous la
surveillance de Sébastien, nommé chef de travaux, secondé par Jacques Traoré comme conseillé expert. Doux rêveurs que nous étions ! C’était sans compter Étienne le maçon et quelques erreurs de calcul de métrage. Le chantier, commencé sur les chapeaux de roues, a petit à petit ralenti : « Où est Étienne ? »
« Chez lui car il n’y a plus de sable… ».
Pourtant il avait calculé le cubage. Deux jours après : « Où est Étienne ? » ;
« Il n’y a plus de ciment… » ;
« Étienne, viens voir ce linteau… il te semble pas un peu de travers ? » ;
«… oui un peu… ».
Petites révisions du bon usage du fil à plomb et du niveau et quelques livraisons de sable et de ciment plus tard, nous pouvons dire à ce jour (trois mois après) que les travaux sont en passe d’être achevés… quand les dernières tôles
manquant dans le calcul de la superficie du toit seront livrées ! Notons que le Comité de Gestion a été présent et d’une grande aide pour réaliser les travaux et il continue à nous rendre compte régulièrement de l’avancée de ces travaux.

JEUX D’EAU

Revenons à notre tour d’inspection du domaine. Si le bloc sanitaire reste en bon état général et est bien entretenu et nettoyé régulièrement par les élèves, l’équipement est un peu fatigué : portes de douches et de toilettes descellées, plomberie détériorée, les conditions climatiques, la chaleur, le sable, l’humidité et la fougue de trente adolescentes mettent le matériel à rude épreuve. Mais bon cela reste fonctionnel et pourtant… désert !
« Amy, dis-moi pourquoi les filles se douchent toutes dehors dans le jardin ? Ça répand beaucoup trop de savon, shampoing et lessive dans la terre… c’est pas top pour le potager». Regard effaré d’Amy… : « mais… parce qu’elles aiment se doucher toutes ensemble, rire, s’arroser, et jouer avec l’eau ! Quand il fera froid elles rentreront peut-être…».
« On est ensemble ! ». Comme dit souvent Christine : « … c’est ça l’Afrique ! ». On est bête parfois avec nos idées écolo ! Cela n’a pas empêché Nadine d’organiser avec quelques petites un nettoyage complet des abords, ramassage des plastiques et tri des déchets ; expérience à renouveler régulièrement pour installer de bonnes habitudes.

L’EAU MAIS AUSSI LE GAZ

Si la cuisine est le domaine d’Anne-Marie avec ses grosses marmites de riz fumant, ses grands saladiers de légumes à éplucher et ses gros braseros, les jeunes pensionnaires ont l’habitude de réchauffer leur petit déjeuner ou les infusions de kinkeliba ramassé en brousse sur une vieille gazinière trônant au milieu du hall d’entrée ; vieille est un mot faible vu l’état «dentelliforme» de ses brûleurs. Une nouvelle tournée des quincailliers du Cap nous a permis de ramener un superbe réchaud à gaz que notre ingénieuse jeune Julie, mettant à profit les ateliers de bricolage de l’an passé, s’est empressée de brancher, et le soir même nous recevions une jolie vidéo nous faisant participer au premier allumage accompagné de cris de joie et de fierté devant ces belles flammes bleues.

De retour ici, il nous reste en mémoire de belles images d’instants partagés :
• les filles installées dehors pour une séance de révision improvisée devant le tableau sorti un jour de grand ménage ;


• un samedi après-midi tranquille, les unes rangeant les livres semés dans toutes les chambres, d’autres installées au frais dans le hall pour se tresser des bracelets ;
et à côté Nadine jouant avec les plus jeunes à des jeux de société pendant que j’initiais les plus grandes à l’utilisation de la nouvelle machine à coudre.

Mais laissons là ces petites histoires décrivant l’ambiance et les moments simples de la vie de l’internat pour maintenant vous entretenir d’un sujet bien plus intéressant :

LE BILAN FINANCIER ANNUEL DE L INTERNAT !

Vos dons et parrainages cumulés s’élèvent à 10 475 € pour l’année 2021, à quoi s’ajoutent les 835 € qui sont le produit de la vente d’objets artisanaux ramenés du Sénégal ou confectionnés ici.
La boutique d’artisans et produits régionaux Midi 32 de Viols-le-Fort continue son soutien à AMK en nous réservant un espace de vente pour ces objets. Je l’en remercie chaleureusement.
L’an passé la participation des familles des pensionnaires s’est élevée à 4 330 €.
En ajoutant les soldes des deux comptes affectés à la gestion et les 6 000 € de la subvention, nous arrivons à un budget pour l’année 2021 de 32 508 €.
Comme il était à prévoir, les différents travaux programmés, mais aussi hors programme, ont quelque peu entamé notre capital :

  • 6 942 € pour le solaire ;
  • 3 519 € pour la construction à ajouter aux
  • 14 258 € pour les salaires et le fonctionnement ;
  • 765 € de frais bancaires pour les deux comptes (410 € de service de traitement des prélèvements cela reste toujours aussi onéreux. Pour ceux qui veulent le faire, vous trouverez ci-dessous les coordonnées bancaires du Compte Internat pour mettre en place des virements automatiques). En accord avec les directrices, nous avons décidé de veiller sur les dépenses pour ces prochains mois afin de remonter doucement la pente.

Au niveau des salaires, celui d’Anne- Marie, la cuisinière, a été ajusté depuis la rentrée à celui des directrices : donc ce seront les commandes de ravitaillement auprès des boutiquiers qui vont être renégociées.

Je n’ai pas trop d’inquiétude en ce qui concerne les parrainages, car malgré le départ chaque année de 2 à 3 parrains souvent compensé par de nouveaux arrivants, la très grande majorité reste fidèle et attachée au devenir de l’internat et je vous en suis énormément reconnaissante. Il est vrai que quelques nouveaux parrainages nous mettraient financièrement plus en sécurité. Je m’attelle régulièrement à cette recherche et vous engage à la partager autour de vous.

Prochain départ prévu fin février en compagnie d’Oumeya, fille d’une marraine, afin de finir nous-mêmes, autant que faire se peut, les travaux de peinture et d’aménagement de l’extension avec l’aide dynamique de nos Miss ! Une occasion de partager de longs et bons moments avec elles pendant une semaine entière avant la réouverture du cabinet dentaire d’Elinkine et la reprise des tournées des écoles pour la prévention dentaire…

En attendant vos retours, commentaires, conseils ou idées géniales, je vous remercie encore… et encore… d’être là, à nos côtés, pour aider et soutenir nos amis de Casamance et surtout l’espoir d’un bel avenir pour les filles de l’internat.

Isabelle Konopnicki (responsable de l’internat)


Compte Internat « Actions Médicales Kassoumaye ».
IBAN FR76 1350 6100 0094 1954 7100 176
BIC AGRIFRPP 835

Quid des actions d’AMK ces derniers mois !

  • Marie-Sylvie, présidente de l’association, et Anne, pédiatre, ont effectué une mission d’une dizaine de jours. Une mission riche d’échanges et de collaboration !
  • Anne a réalisé son objectif à la garderie : consultation médicale des enfants et sensibilisation du personnel sur la nutrition, l’hygiène et l’éveil du petit enfant
  • Le cabinet dentaire a fermé ses portes début février pour les rouvrir début mars.
  • La présence de deux chirurgiens-dentistes a permis d’installer un cabinet dentaire éphémère à Diembering.

Marie-Sylvie et Anne ont rencontré le Dr GUEYE dès leur arrivée
Des échanges par téléphone et par mail avaient déjà permis de transmettre beaucoup d’informations. Mais il était indispensable de pouvoir échanger et de se présenter à lui afin de pérenniser la collaboration instaurée au fil des années avec ses prédécesseurs.  Le Dr GUEYE a montré de la clarté dans ses directives et une grande attention à nos fonctionnements. Nous pouvons compter sur une collaboration fructueuse, et nous continuerons à travailler sous son autorité comme il se doit.

A l’issue de cette première rencontre, le Dr GUEYE a invité Anne à effectuer la consultation de pédiatrie à l’hôpital …
Anne a effectué deux matinées consultations pédiatriques aux cotés de Joahanna, infirmière responsable des consultations pour enfants, qui l’a laissée examiner les jeunes patients après qu’elle ait relevé les constantes vitales. Ces consultations reçoivent des enfants de tout âge, du nourrisson au préadolescent.

Et à participer à leur réunion d’équipe hebdomadaire le jeudi matin à l’hôpital d’Oussouye.
La réunion du staff le jeudi était organisée autour de l’exposé de l’infirmière major sur le thème du collapsus et de ses effets.

A la garderie, Anne a eu de longues discussions avec Alimatou sur le fonctionnement de la structure…
Alimatou investit beaucoup d’énergie pour faire fonctionner cette structure, et trouve au jour le jour  des solutions à la motivation du personnel et au bonheur des enfants.
Elle envisage de créer dans les prochains mois un jardin pour produire les légumes pour les repas des enfants, et en ce sens le creusement d’un puits est en cours.
Beaucoup d’associations partenaires n’ont plus donné signe de vie depuis le début de la pandémie. Il est impératif de trouver les moyens d’un financement durable pour cette garderie.

mais également sur beaucoup de sujets en lien avec les besoins du jeune enfant.
Alimatou est toujours vivement intéressée par tous les apports permettant d’améliorer la qualité d’accueil des enfants et des activités qui leur sont proposées. Anne lui a amené des livres des éditions ERES sur l’accueil des enfants en crèche, sur le jeu et sur la lecture à haute voix.

Elle avait également apporté des albums jeunesse, choisis avec soins, pour pouvoir être lus aux enfants de Casamance : des livres qui mettent en scène  leur quotidien, des imagiers, des contes. On sait aujourd’hui qu’un enfant qui bénéficie quotidiennement de 15 minutes de lecture par un adulte aura un meilleur niveau de langage. Anne a réalisé un atelier de lecture à haute voix pour les enfants, en présence du personnel qu’elle a sensibilisé à l’intérêt de cette pratique. Les enfants ont été attirés par cette proposition et ont su se montrer attentifs.

En tant que pédiatre Anne a examiné une quarantaine d’enfants de la garderie. 

La plupart sont en très bonne santé, deux cas ont attiré son attention et ont été soignés.
Les parents ont assisté à la consultation de leur enfant, et elle a pu échanger avec eux et leur donner des conseils.

La pathologie la plus représentée reste les caries dentaires même chez des très jeunes enfants !

Une première période d’ouverture du cabinet dentaire de fin novembre à début février s’est terminée par la remise de la recette au comité de santé d’Elinkine.
La convention de partenariat établi pour la création du cabinet dentaire a prévu un organe de concertation et de régulation pour son fonctionnement. C’est dans le cadre de cette instance qui comprend la commune, le poste de santé, le médecin chef du district sanitaire et AMK, qu’il a été décidé de fixé à 500 Cfa la somme acquittée par le patient par dent soignée, quel que soit le nombre de séances nécessaires. Il a également été décidé que ce serait au comité chargé de la gestion du poste de santé de gérer les fonds générés.

Début mars, Christine est repartie avec un confrère Jean-Marc pour une seconde période de fonctionnement du cabinet dentaire.


Effectivement, les visas de 3 mois ne permettent pas de longues périodes ininterrompues sur place ! Le fonctionnement du cabinet dentaire est actuellement dans une phase de développement ; l’objectif est de permettre à terme un relais de praticiens pour une ouverture 5 mois d’affilé au moins dans l’année.

Il n’est bien sûr pas envisageable d’envoyer des chirurgiens-dentistes sans accompagnement. Pour leur première mission la présence de Christine est indispensable. Plusieurs praticiens vont ainsi se succéder jusqu’à la fin du mois d’avril.

La salle d’attente ne contient pas tous les patients tant la demande est forte !

Avec l’arrivée d’Isabelle, infirmière, pour assister Jean-Marc au cabinet d’Elinkine, Christine a rapidement monté un cabinet dentaire éphémère dans le poste de santé de Diembering !

Elle y utilise la valise dentaire qui accompagne habituellement les consultations ambulantes.

Les deux praticiens peuvent exercer en même temps, et soigner des patients habitant des zones bien éloignées l’une de l’autre.

Nous continuerons de partager avec vous l’évolution de ces actions.
Tout cela ne serait pas possible sans votre indispensable soutien.
Comme vous le savez vos dons vont à 97 % au financement direct des actions au profit de la population isolée de Basse Casamance.
N’hésitez pas à retourner ce bulletin de don !

2021 : l’entrée dans une nouvelle décennie pour AMK !

Que cette année 2O21 soit légère pour tous, qu’elle permette enfin de porter le regard vers des perspectives plus sereines. Que la vie reprenne son cours, qu’enfin nous puissions nous réunir, voyager, vivre… et rester en bonne santé !

Nous formulons aussi des vœux pour AMK.

L’association a eu 20 ans en 2020 ! Une nouvelle décennie s’ouvre, et avec elle de nouveaux enjeux, de nouvelles perspectives. Les actions ont été bien ralenties ou empêchées par la crise sanitaire, mais le cabinet dentaire fonctionne et des travaux viennent d’être effectués à l’internat.

Qu’ensemble nous continuions à apporter aide et soutien en Casamance. Votre contribution, dont nous vous remercions chaleureusement est plus que jamais indispensable. Alors, si vous le souhaitez, n’hésitez pas à compléter ce bulletin de don ou d’adhésion en cliquant ici.

Difficile de résumer en quelques lignes 20 ans d’actions ! Tentons malgré tout de le faire.

Les premières missions médicales organisées dans une petite case du campement ASSEB avec peu de moyens et tant de patients que médecin et infirmières terminaient les journées à la lampe torche ont été suivies de beaucoup d’autres. Les équipes se sont étoffées avec l’arrivée de pharmaciens, de chirurgiens-dentistes. L’organisation s’est structurée. Depuis environ 15 ans, AMK organise ainsi 3 missions de deux semaines par an. Excepté en période d’épidémie : Ebola, et cette année Covid 19 !

Les chirurgiens-dentistes disposent depuis 2017 d’une valise dentaire et d’une radio portative qui permettent quelques soins conservateurs en missions itinérantes. Jusque-là, seules les extractions dentaires étaient possibles.

AMK a toujours mené ses actions en concertation avec les autorités médicales locales, et en veillant à s’adapter aux évolutions et à l’émergence de nouveaux besoins. C’est ainsi que de nouveaux types de mission ont été mis en œuvre.

Plusieurs missions de santé publique dans le cadre d’une large campagne de lutte contre la bilharziose urinaire :

Cette campagne a été menée de 2001 à 2005 puis de 2010 à 2015 par le Dr Didier BASSET, en partenariat avec le Ministère de la santé et de l’action sociale sénégalais et avec une forte implication des médecins chefs de district successifs.

4300 cas de bilharziose urinaire ont été traités. Elle a permis de ramener la prévalence de cette maladie, d’un taux préoccupant en 2002 dans les gros villages de Diembering et de Kabrousse, respectivement, de 45,60% et 67,44%, aux taux de 12,74% et 7,03% en 2015 dans ces mêmes villages.

AMK a proposé au médecin-chef du district sanitaire une formation des infirmiers chefs de poste ICP à l’examen clinique de base.   

Ces professionnels sont formés au diagnostic médical sur la base d’un interrogatoire du patient, mais pas à l’approche clinique qui permettrait d’affiner le diagnostic et de mieux adapter la réponse thérapeutique. Un médecin d’AMK accompagne un ICP volontaire dans sa pratique quotidienne.

Fin 2017 à la demande du médecin-chef du district sanitaire, AMK a commencé à intervenir en médecine scolaire. Plusieurs journées de médecine scolaire ont ainsi été réalisées dans les classes de CP lors des missions itinérantes.

Au fil des missions, la prise en charge de certains soins s’est imposée :

Une trentaine de femmes ayant accouché dans des conditions difficiles ont bénéficié d’opérations de fistules vésico-vaginales avec un financement d’AMK. Ces interventions ont évité à ces femmes d’être rejetées par leur communauté.

5 enfants nécessitant de la chirurgie cardiaque ont pu être opérés grâce à un accompagnement d’AMK, avec un suivi médical et le financement de tout ou partie des interventions. La vie de ces enfants a été sauvée.

De même que la nécessité de doter le territoire de nouveaux équipements ou de nouvelles compétences 

Équipement l’unité de pneumologie de l’hôpital d’Oussouye d’une salle de radiologie utilisée pour des examens au-delà des seuls problèmes pulmonaires. AMK a financé la formation du manipulateur radio.

Construction d’un nouveau poste de santé à Diembering avec la participation de la Communauté rurale de Diembering. Ce poste de santé a été rénové en 2014 par l’association.

Aide financière pour l’installation d’un médecin communautaire sur le territoire.

Dans le domaine dentaire, des séances de prévention sont menées dans les écoles depuis 2013 et, depuis février 2019, un cabinet dentaire a ouvert ses portes à Elinkine

AMK a aussi développé des actions dans le domaine de l’éducation :

La création de l’internat de jeunes filles de Diemberin

30 collégiennes de villages isolés y sont accueillies dans les meilleures  conditions pour poursuivre leurs études dans les collèges du village. Cette structure est dirigée par deux co-directrices sénégalaises, et gérée par un comité de gestion local. Un parrainage géré par AMK complète la participation des familles.

Le soutien d’une initiative sénégalaise de garderie à Diembering

La garderie créée par une enseignante sénégalaise pu s’installer en 2019 dans un local spacieux aménagé par AMK.

Elle peut maintenant étendre l’accueil aux jeunes enfants et en périscolaire.

AMK soutient cette structure par le versement d’une subvention annuelle.

Des enseignants, membres d’AMK, viennent travailler ponctuellement au côté des animateurs dans le cadre de missions spécifiques.

Quelles sont les perspectives pour les années à venir ?

Le Sénégal a développé depuis 20 ans un système de santé qui a permis des avancées importantes (couverture vaccinale, gratuité des soins jusqu’à 5 ans, gratuité des traitements  de maladies graves telles que la tuberculose…). Le pays connait par ailleurs une transition épidémiologique avec l’émergence de maladies chroniques telles que diabète, hypertension, maladies cardio-vasculaires. Les missions de consultations médicales sont-elles toujours pertinentes dans ce contexte ? Faut-il s’orienter vers des actions plus spécialisées ? Beaucoup de questions se posent, qui nécessitent un débat en assemblée générale en « présentiel ». Cela n’a hélas pas été possible en 2020 pour cause de crise sanitaire.

En revanche, concernant le secteur dentaire, les choses sont évidentes.

Avec l’évolution des habitudes alimentaires et notamment la consommation excessive de sucre, le pays connait une véritable « urgence » dans le domaine de la santé dentaire.

Pour AMK la feuille de route est claire. Il faut soigner en permettant le fonctionnement du cabinet dentaire et en organisant des consultations itinérantes, et renforcer toutes les actions de prévention en impliquant autant que possible les acteurs locaux (enseignants, parents…).

Le cabinet dentaire fonctionne actuellement, et il est difficile de répondre à la demande !

Plusieurs praticiens vont s’y succéder aux côtés de Christine, chirurgien-dentiste et responsable du dentaire pour AMK, jusqu’à la fin du mois d’avril.

Isabelle, responsable de l’internat vient de passer quelques semaines en Casamance.

Elle a assisté Christine au cabinet dentaire, et fait exécuter des travaux à l’internat. Les chambres avaient besoin d’un petit « rafraîchissement ».

Les pensionnaires ont peint de couleurs gaies leurs placards. Un peintre a repeint les grilles et les volets. Des travaux d’entretien indispensables ont été réalisés avec les contributions de Bernard et Aladin.

Tout cela ne serait pas possible sans votre soutien

Encore merci à vous !

Les actions reprennent malgré la covid !

  • Un premier contact encourageant avec le Dr Ibou GYEYE, nouveau médecin chef du district sanitaire.
  • Les cartons sont arrivés à destination.
  • La rentrée scolaire s’est faite le 16 novembre. L’internat et la garderie ont rouvert leur porte.
  • Et, scoop de dernière heure, Christine et Isabelle ont reçu du consulat du Sénégal l’autorisation indispensable dans le cadre de la crise sanitaire pour partir en mission !

Les premiers contacts avec le Dr Ibou GUEYE, nouveau médecin chef du district sanitaire, laissent présager une bonne collaboration.

Le Dr SENGHOR avec lequel nous avions construit une précieuse collaboration depuis plusieurs années a quitté Oussouye pour un autre poste. Il n’a pas manqué de parler d’AMK à son successeur. Marie-Sylvie, présidente d’AMK, a pris contact avec ce dernier qui a manifesté un réel intérêt pour les actions de l’association.

Une chaine de solidarité a permis l’acheminement des cartons de Dakar à la Casamance.

Chacun des destinataires a pris possession des colis partis de Toulouse en septembre pour la Casamance

Des livres et fournitures scolaires pour les collèges de Diembering…

Des fournitures scolaires pour des écoles…

Pour la garderie : draps, jouets, vêtements à vendre lors de braderies organisée par la directrice pour financer la structure, livres…

Pour l’internat, fournitures scolaire, livres, sacs et cartables, peinture, machine à coudre…

Sans oublier des maillots de foot pour les futurs champions locaux !

Soyez rassurés, il y a toutes les tailles dans les cartons !

Heureusement, l’épidémie de covid a été bien maîtrisée dans la région, et la rentrée scolaire s’est effectuée normalement le 16 novembre.

L’internat a accueilli deux nouvelles pensionnaires.

Les deux seules élèves de troisième de l’an passé ont obtenu leur brevet et ont laissé la place à deux jeunes élèves de 6ème.Les directrices et des membres du comité de gestion se sont relayés, pendant la période de fermeture liée à la crise sanitaire, pour entretenir le potager et faire exécuter de petits travaux d’entretien ainsi que la pose des dernières moustiquaires. Les filles rentrent donc dans de bonnes conditions pour démarrer la nouvelle année scolaire.

La garderie vient de reprendre son activité le 2 novembre

Les inscriptions ont concerné dans un premier temps les enfants âgés de 17 mois à 5 ans, soit 25 inscrits au 15 novembre. Les inscriptions sont actuellement suspendues, car Alimatou, la directrice, doit d’abord former son nouveau personnel. Elles vont reprendre début décembre et seront alors ouvertes aux enfants de l’école élémentaire en périscolaire. Alimatou remarque cette année les difficultés.

Et le cabinet dentaire d’Elinkine va enfin pouvoir rouvrir ses portes !

Christine, dentiste, et Isabelle, infirmière partent au Sénégal pour plusieurs semaines. Après un nettoyage du cabinet indispensable après des mois de fermeture et une vérification du matériel, elles vont pouvoir de nouveau accueillir les patients, qui ces derniers temps, s’enquerissaient auprès de l’infirmière du poste de santé local du retour des dentistes !

Isabelle, qui assure également la responsabilité de l’internat pour AMK, compte mettre à profit ce séjour pour faire avancer de nombreux projets pour l’internat.

Il faut mettre en œuvre le chantier de raccordement de l’internat au réseau électrique. Elle souhaite mener une petite enquête auprès des anciennes afin d’évaluer les bénéfices qu’elles en ont retirés de leur passage à l’internat.

Elle envisage aussi de démarrer plusieurs activités avec les actuelles pensionnaires : travailler à l’élaboration d’un livre de recettes de cuisine tout en se sensibilisant à l’hygiène alimentaire, coudre des protections d’hygiène féminine dans une démarche écoresponsable de limitation des déchets, exécuter de petits travaux de peinture pour embellir les chambres.

Nous ne manquerons pas de partager avec vous l’évolution de ces projets.

Tout cela ne serait pas possible sans votre indispensable soutien. Comme vous le savez vos dons vont à 97 % au financement direct des réalisations au profit de la population isolée de Basse Casamance. Alors, si vous le pouvez, n’hésitez pas à retourner ce bulletin de don

Crise sanitaire oblige …

Chères amies, chers amis,

Dans notre précédente publication nous vous promettions des nouvelles de la mission programmée en avril. La crise sanitaire actuelle en a décidé autrement ! Et cette mission a bien évidemment dû être annulée.

En mars, le cabinet dentaire d’Elinkine fonctionnait. Mais, là aussi, il est apparu plus raisonnable de demander à Christine et à Farida de rentrer en France. Farida, infirmière, devait absolument pouvoir reprendre son activité professionnelle  dans un contexte où les soignants sont mobilisés sur le front du coronavirus !

Nos missionnaires d’AMK, qu’ils soient médecins, infirmières ou pharmaciens, se sont déclarés pour la plupart volontaires pour prêter main forte aux soignants en France.  D’autres ont maintenu courageusement leur activité.

Et, si la situation dans notre pays est bien-sûr plus que préoccupante, nous gardons aussi les yeux ouverts sur l’évolution dans le reste du monde, et avec une attention particulière pour cette région de Casamance qui nous est si chère !

Nous savons combien la population de Casamance est solidaire, nous connaissons l’engagement des soignants, mais nous formulons le vœu que la région soit épargnée par la pandémie !  

Nous espérons pouvoir reprendre le plus vite possible nos actions, et ne manquerons pas de vous tenir informés.

Amicalement.

Marie-Sylvie MASSIE

Présidente d’AMK

Quelques nouvelles de la mission de janvier-février

C’est une équipe composée de 3 médecins, 2 dentistes, 2 infirmières, une pharmacienne, de 2 logisticiens et de nos trois fidèles collaborateurs sénégalais qui a rempli cette nouvelle mission du 25 janvier au 9 février.

Au programme, consultations itinérantes médicales et dentaires, associées dans trois petits villages à des séances de médecine scolaire.

La compétence en orthoptie d’une des infirmières a permis la réalisation de nombreux tests de vision, avec prescription de lunettes.

L’équipe est intervenue dans 9 villages : Diantène, Kagnout, Cachouane, Djiromaïth, Loudia Wolof, Diakène Diola, Cap Skirring et Cabrousse, et Diembering le premier et le dernier jour de mission.

Comme toujours, le camion était chargé au maximum avec tout le matériel, les caisses de médicaments, et les sacs des uns et des autres lors des transferts d’un campement à un autre.

Plusieurs villages étaient accessibles en pirogue, nous donnant l’occasion d’un moment de détente au fil de l’eau dans les bolongs.

Bien en amont les autorités médicales et administratives avaient été informées du programme de la mission.

Dans la semaine de préparation de la mission, les logisticiens, Bruno et Brigitte, ont rencontré à l’hôpital le Dr CISSE, en l’absence du Dr SENGHOR, médecin chef du district sanitaire. Le Dr CISSE les a accueillis en s’exclamant « Ah, AMK, vous faites sortir de chez eux des personnes que l’on ne voit jamais au poste de santé » !

Ils ont également rencontré l’inspecteur d’académie qui a contacté devant eux les directeurs des écoles concernées par la médecine scolaire, en insistant sur la nécessité d’informer et de convoquer les parents.

Puis, ils ont rencontré les infirmiers chefs de poste (ICP), les membres des comités de santé pour chacun des postes ou des cases de santé, ainsi que les directeurs et les maîtres des écoles pour préparer ces journées de consultation et de médecine scolaire. Cette préparation est indispensable pour permettre ensuite une bonne collaboration.

Les médecins, Mireille, Amélie et Michel, ont effectué 560 consultations pour 316 femmes, 174 hommes et 70 enfants.

De nombreux patients présentent des pathologies ostéo-articulaires dues « au travail et à l’âge » que l’on ne peut guérir mais calmer. Il faut prendre le temps de prodiguer les conseils pour protéger dos, lombaires, genoux …

Les médecins constatent aussi des diabètes, des hypertensions artérielles, suivis ou pas ! Il est encore difficile pour beaucoup de patients d’envisager de suivre un traitement pour une maladie « silencieuse », ou lorsque les symptômes s’estompent ! Là encore, il faut un long travail d’éducation à la santé. La prise en charge médicamenteuse des patients a été assurée.

Pour certaines pathologies chroniques un traitement de plusieurs semaines a été fourni. Roxane, pharmacienne, a été secondée par Ibu pour la traduction des conseils relatifs à la prise des médicaments.

Les infirmières, Françoise et Stéphanie, chargées de la pré-consultation ont réalisé par ailleurs de soins (pansements, extractions de bouchons d’oreille), et des analyses à la demande des médecins (glycémie, analyse d’urine, test de grossesse).

Stéphanie est aussi orthoptiste. Elle avait amené son matériel de test visuel, et a pu procéder à 198 tests de vision. La demande est énorme ! Ces tests ont donné lieu à la délivrance de verres correcteurs sur place grâce à notre stock de lunettes, ou d’une ordonnance pour aller s’approvisionner auprès d’AMOA, une association partenaire qui a installé à Cabrousse un technicien en optique.

Deux nouveaux dentistes, Alain et Marc, ont fait efficacement équipe avec Fatima et Maïmouna nos deux assistantes dentaires.

Le cabinet dentaire d’Elinkine qui fonctionnait depuis décembre rend un énorme service à la population mais ne suffit pas à couvrir les besoins. Les consultations itinérantes sont toujours nécessaires.

Les séances de médecine scolaire commencent par une séance de prévention dentaire suivie d’un dépistage bucco-dentaire, et se poursuivent par le contrôle du poids et de la taille, les tests d’acuité visuelle, et enfin l’auscultation par le médecin.

Les visites médicales concernaient des classes de CI (cours d’initiation, enfants de 5 à 6 ans) et CP. Etant donné les petits effectifs des classes, les maitres avaient été invités à orienter des élèves d’autres classes qui les préoccupaient sur le plan de la santé. Beaucoup de parents étaient présents, mais sans toujours oser s’avancer près du médecin. Il faut les accompagner. Il faudra du temps pour les amener à prendre conscience de l’importance de leur place auprès du médecin.

Tous les soins prescrits par le dentiste (certains soins impossibles sur place ont été orientés vers le cabinet dentaire) ou par le médecin (prescription de médicaments, soins infirmiers) ont été effectués dans la journée avec la présence des parents. Cela a permis, là encore, de donner informations et conseils.

Des séances de prévention dentaires ont également été effectuées dans les trois écoles dans d’autres classes, en priorité dans les CM. Suite à toutes ces séances de prévention, des brosses à dent sont remises au maître pour la mise en place d’une séance quotidienne de brossage des dents.

Une nouvelle mission se prépare pour le mois d’avril. Nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles.

On n’a pas chômé à AMK en novembre et décembre 2019 !

  • Il a fallu acheminer un nouveau fauteuil dentaire et l’installer dans le cabinet dentaire d’Elinkine. Le cabinet a ainsi pu rouvrir dans de bonnes conditions et la salle d’attente ne désemplit pas ! En marge, des séances de prévention dentaire dans plusieurs écoles.
  • Une équipe dynamique a effectué une mission de consultations médicales et dentaires, et de médecine scolaire, du 16 novembre au 1er décembre.
  • Dans le même temps des travaux d’aménagement se sont poursuivis à la garderie et à l’internat, et des démarches ont été faites préalablement aux travaux de raccordement de l’internat au réseau électrique.

Le cabinet dentaire est de nouveau opérationnel depuis début décembre

Le premier fauteuil ayant lâché à la fin de la précédente période d’ouverture du cabinet, il nous a fallu remporter un nouveau challenge : acheminer et installer un nouveau fauteuil pour permettre au cabinet d’ouvrir en temps et en heure. Cela a été possible grâce à l’énorme contribution d’Aladin ! Nous le remercions vivement !

Le cabinet dentaire fonctionne donc depuis le début du mois de décembre, et les patients sont au rendez-vous. La salle d’attente est toujours pleine ! Un autre challenge demeure : pérenniser le financement du fonctionnement et trouver de nouveaux dentistes pour assurer un relais sur la durée ! Vous pouvez sécuriser cette action sur la durée en parrainant le cabinet, avec la possibilité de défiscaliser 66% du montant de vos dons. N’hésitez pas à retourner ce bulletin de parrainage .

Des séances de préventions bucco-dentaires ont été réalisées dans 6 classes de CM1-CM2, soit au profit d’un peu plus de 400 enfants. Comme toujours les maîtres sont associés à cette action ; ils mettent ensuite en place une activité quotidienne de brossage des dents avec les brosses à dents remises par AMK.

La première mission itinérante de consultations médicales et dentaires de la « saison » est rentrée tout début décembre après une activité intense sur deux semaines.

En amont, les logisticiens avaient préparé avec les gestionnaires et les soignants des postes de santé la venue de l’équipe.

Au programme, 10 villages, dont certains accessibles en pirogue.

Les médecins,

Les dentistes, le pharmacien,

Les infirmières,

Tous sont allés porter attention et soins, en collaboration étroite avec les équipes de soins locales, à une population qui a peu d’occasion de consultations pratiquées par médecins et dentistes.

Les patients étaient nombreux au rendez-vous !

Le repas préparés par les femmes du village est un moment appréciable de détente au cœur de journées longues et chargées, dans des conditions matérielles et climatiques parfois difficiles.

L’occasion aussi de tisser quelques liens avec nos partenaires sénégalais, soignants des postes de santé, membres des comités de gestion des postes de santé, bénévoles des villages, …

Et pendant ce temps, les travaux d’aménagement de l’internat et de la garderie avancent !

Les moustiquaires ont été posées aux fenêtres de l’internat. Un gros projet devrait se réaliser dans les mois à venir : le raccordement de l’internat au réseau électrique. Le bâtiment de l’internat est en retrait de la route ; le coût du raccordement est donc élevé.

Mais l’enjeu est important pour la qualité de vie des résidentes et du personnel. Cela va en effet permettre une conservation sur place des aliments, des courses en conséquence moins fréquentes. Il sera aussi envisageable d’équiper l’internat en informatique, un déterminant important pour la réussite des études !

Des étagères ont été montées à la garderie :

Aussitôt montées, aussitôt utilisées !

Et enfin, le nom de la garderie a été calligraphié sur son mur d’enceinte !

La garderie fonctionne maintenant en préscolaire et en périscolaire en dehors des périodes de vacances scolaires.

Elle offre un service appréciable aux familles, un cadre éducatif de qualité aux enfants, et de l’emploi pour le village.

Et les actions continuent en 2020 ; une nouvelle mission se prépare à partir dans les prochaines semaines.

Tout cela ne serait pas possible sans votre indispensable soutien. Comme vous le savez vos dons vont à 97 % au financement direct de réalisations au profit de la population isolée de Basse Casamance. Si vous le pouvez n’hésitez pas à retourner ce bulletin de don.

AMK vous remercie de votre soutien et vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année

OLYMPUS DIGITAL CAMERA