Compte-rendu médical mission décembre 2015

Compte rendu médical de la mission AMK
du 28 novembre au 13 décembre 2015

        Seconde mission de l’année 2015, cette mission s’est déroulée sur 2 semaines, 9 jours de travail, 8 villages visités dont certains pour la première fois.

L’équipe était constituée de 14 intervenants :
– 4 médecins : Dr Meyssonnier Lacroix, médecin généraliste, chef de mission, Dr Escourrou Antoine, rhumatologue, Dr Flageollet Myriam, médecin généraliste, Dr Guiet Annaëlle, médecin généraliste. N’oublions pas le Dr Ndiaye Ousmane qui s’est joint à nous à plusieurs reprises, quand son activité le lui permettait, nous aidant lors de « coups de feu » et de bon conseil pour l’orientation de patients à référer.
– 1 infirmière : Fiorentini Françoise,
– 2 dentistes : Dr Erhart Anne, Dr Pernet Christine,
– 1 pharmacien : Jeannot Patrice,
– 3 logisticiens : Canivet Hervé, président AMK, Fiorentini Jean-Pierre, Massie Marie-Sylvie, – 3 assistants locaux : Ibu, sans rôle précis…, deux assistantes dentaires, présence justifiées du fait des soins conservateurs mis en place pour la première fois, grâce à Christine Pernet qui a apporté la « valise de soins » prêtée par le Conseil de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes du Calvados.

Planning

         Les journées de dimanche et lundi nous ont permis de faire le point sur le stock de médicaments (stock restant + stock commandé), de mettre de l’ordre, trier le matériel entreposé et nettoyer le local. Le petit matériel, entreposé depuis quelques années et inutilisé, a été vérifié/voire jeté si OUT ! (l’ECG repéré en mars ne fonctionne pas).

Lundi soir réunion d’information pour les nouveaux intervenants sur les conditions de travail et d’exercice, les difficultés que l’on peut rencontrer, le manque de moyens diagnostiques et même thérapeutiques (explorations, analyses … mais aussi financiers pour les patients à qui on les prescrit). J’ai essayé d’expliquer, en donnant 2 à 3 exemples. Mais difficile de transmettre son expérience en quelques mots, et pour les nouveaux venus d’entendre ce discours sans l’avoir expérimenté. On pourrait peut-être établir des fiches de pathologies, problèmes rencontrés, traitements disponibles … ? On attend les idées !

Mardi 1er décembre début des consultations à Djembering puis dans les villages selon le planning prévu, entrecoupé d’un WE de repos complet pour tous, sauf pour nos valeureux dentistes qui ont travaillé les 2 samedis matin, pour s’occuper des enfants devant être vus par Christine, chez le Dr Penot, après le départ de la mission.

Maintien de l’organisation des consultations, avec éloignement des patients attendant d’être reçus, prise de TA et pesée, voire prise de température si besoin, par Françoise qui, seule, a réussi à assurer le tout sans oublier la vente des lunettes, quelques pansements, injections, bandelettes … et ce sans se départir de son sourire. Merci à elle.

Lors de notre séjour à Oussouye nous sommes allés à l’hôpital voir le service de pneumologie qui rend de grands services pour la recherche de BK (y compris tubage), la radiologie, prévue à l’origine pour la pneumo, mais aussi utilisée pour la traumatologie.

Myriam, Annaëlle et Françoise ont passé une soirée à l’internat pour une rencontre information /sensibilisation /échange, toujours très appréciée autant par les intervenants que par les jeunes filles qui ont de nombreuses questions. Elles ont été raccompagnées de nuit par toutes les filles qui ont chanté tout le long du chemin !

A Siganar, « petit village » visité pour la première fois, il n’y avait pas beaucoup de monde à notre arrivée, et nous pensions voir assez peu de patients. Aussi nous avons profité de l’occasion, puisque nous devions travailler dans la case de santé et des classes du collège, pour faire la même chose qu’à l’internat. Myriam et Anaëlle ont su répondre avec modération et perspicacité aux questions, parfois quelques peu étonnantes des ados !

Nous avons rencontré le Dr Badiane, qui a pu répondre à quelques-unes de nos interrogations sur nos possibilités /moyens /objectifs de travail. Ce point sera développé plus bas.

A Djembering, collaboration avec un pédiatre italien et un ophtalmo qui ont vu respectivement 21 enfants et 15 patients.

Bilan d’activité

– Premières plaintes : la rhumatologie (douleurs de tout le corps), les brûlures gastriques, les problèmes ophtalmo : prurit oculaire (on observe de nombreux ptérygions), mais aussi presbytie et cataractes (ou suites diverses d’intervention de cataractes !). Aucun cas de trachome dépisté cette année, je suis rassurée ! Mais le Dr Badiane m’a appris la mise en route d’une campagne d’information /formation et de prise en charge de cette affection. Beaucoup de dermatoses après l’hivernage et les travaux des champs.

– Puis viennent les autres pathologies retrouvées grâce à l’interrogatoire et à l’examen systématique que nous faisons à tous les patients, par ex HTA (nombreux traitements interrompus), problèmes gynéco, diabète, goitre, voire SIDA.

– Peu de pathologies ORL et pulmonaires bégnines mais toujours des cas de suspicions et/ou diagnostics confirmés de tuberculose.

– Quelques cas de filarioses (larva migrans chez des enfants, lymphœdème chez une femme guinéenne). Heureusement nous avions pu avoir de l’IVERMECTINE auprès de Boubacar, ICP à Djembering.

– Les quelques diabétiques non insulino-dépendants vus sont très mal équilibrés, et nous avons toujours le problème du suivi et des examens complémentaires pour évaluer les complications (rein, rétine, artères…) quant à la diététique… ?!

– Les patients nécessitant un suivi ont été signalés ou présentés à Ousmane. Ils sont notés dans le cahier de liaison.
Problèmes rencontrés / interrogations

– Exercice médical :
Comme dit l’an dernier, je pense qu’il faut faire une liste des services hospitaliers /spécialistes à qui référer les patients qui nécessitent les explorations ou les analyses non réalisables à Oussouye. Myriam et Anaëlle ont eu, au bout de quelques jours, une saine « révolte » quant à l’impossibilité pour nous d’aller plus loin dans nos démarches diagnostiques et thérapeutiques. Et ce d’autant qu’Hervé nous a dit que, lors de la réunion entre les associations intervenant dans la région et le Dr Badiane, il avait été précisé que nous devions nous conformer au fonctionnement du système de santé, c’est-à-dire passage obligatoire par l’ASC ou l’ICP, puis Dr Badiane … Donc après notre intervention, retour à la case départ ! Perte de temps, d’argent pour les patients, et de compétence !! Heureusement, nous avons pu rencontrer le Dr Badiane qui nous a assuré que nous pouvions shunter ce circuit et adresser les patients aux services compétents. Par contre, quand nous avons cherché à avoir quelques noms et lieux, il nous a dit qu’il n’avait pas/plus de correspondants au niveau de Ziguinchor.
On peut donc dès à présent penser à recenser les possibilités sur la région. Ousmane devrait être en mesure de nous renseigner. Il faut vraiment mettre ça au point.

– ICP/ASC :
Comme lors des missions précédentes, leur implication a été très variable. J’ai chaque fois pris la peine de leur dire qu’il serait souhaitable qu’ils participent aux consultations pour apprendre à examiner les patients, l’interrogatoire, la démarche diagnostique …. D’après Benoit ils seraient intéressés par un compagnonnage pendant une semaine, nous n’en n’avons pas eu la preuve même pour quelques heures !

– Prix des tickets, sommes récoltées :
Le choix du prix du ticket de consultation est laissé à l’appréciation du comité de santé, mais les prix varient du simple au triple. Je ne conteste pas, c’est leur choix, même si 1500 CFA me semble exagéré.
Par contre il serait bon de rappeler, avant, au moment, et à la fin de chaque visite, que la somme récoltée doit absolument être intégrée à la comptabilité du poste/centre, c’est prévu dans leur fonctionnement, comme les dons, et doit être utilisée exclusivement dans le domaine de la santé : médicaments, consommables, voire matériel d’hospitalisation.

– Pharmacie :
Grâce aux commandes auprès de la PHI de Nîmes et de la PNA de Dakar (récupérée par Agnès), nous avons pu assurer la majorité des traitements prescrits. Nous avons pu aussi en trouver auprès des postes de santé pour certains manquants. Nous ferons le point des améliorations à apporter quant aux médicaments essentiels et selon les habitudes de prescription locales, notamment par exemple pour les Anti HTA, ainsi que pour les médicaments qui nous ont manqué.

– Planning /choix des villages :
La remarque du Dr Badiane sur l’effet pervers de nos passages dans les villages est pertinente. Nous avons souvent le sentiment que les patients viennent pour chercher des médicaments pas chers (notamment traitements de pathologies chroniques, bien suivis par les ICP ou les ASC), ou pour vérifier si le TRT de l’ISP/ASC est « bon », en oubliant parfois de nous dire qu’il y a déjà un traitement !
Il ne faut cependant pas oublier que les ICP/ASC traitent les pathologies, le plus souvent les épisodes aigus, selon un arbre décisionnel. C’est grâce à nos interrogatoires et examens systématiques que nous détectons nombres de pathologies encore asymptomatiques, ou négligées par manque d’informations /sensibilisations.
Plusieurs fois l’idée de faire des réunions de sensibilisation, en matière de prévention et de les coupler aux consultations, a été émise. Cette action serait à réaliser dans les villages isolés, ceux qui ne sont pas reliés par la route, ou loin de postes de santé (villages où le niveau socio-culturel est très bas), et cela répondrait au souhait du Dr Badiane (même si lorsque nous consultons là où il y a case ou poste de santé, nous voyons des cas nécessitant les compétences de médecins) et pourrait se faire avec un effectif plus réduit.
A Essaout, en mars, premier passage dans ce village, il y avait eu affluence, d’où la décision du bureau de le remettre au programme. Beaucoup moins de consultants, mais cela nous a permis de travailler plus sereinement, sans la pression dûe à la file d’attente et la peur de ne pas pouvoir voir tout le monde. Très apprécié par nos jeunes recrues qui ont pu parler avec les patients et les accompagnateurs.

Pour conclure :
Une mission intéressante du fait des interrogations soulevées, de remises en questions qui permettent de progresser, d’envisager de nouvelles orientations ; de mises au point notamment du fait de la rencontre avec le Dr Badiane nous éclairant sur les possibilités d’action dans notre exercice.
Une mission sympathique, riche en échanges, où chacun a su trouver sa place et contribuer au bon fonctionnement.
Mention spéciale à nos dentistes (dont on ne parle pas dans ce rapport médical) mais qui font un travail remarquable et de loin le plus difficile.
Merci à notre pharmacien, à nos logisticiens qui sont sur tous les fronts, et bravo à mes trois confrères qui ont su s’investir et s’adapter à des conditions de travail parfois déroutantes.

                                                                                            Dr Meyssonnier Lacroix Mireille

Publicités

Compte-rendu de l’assemblée Générale AMK du 18 février 2016

COMPTE-RENDU de L’ASSEMBLEE GENERALE
du 18 février 2016

      Le président Hervé CANIVET accueille tous les participants à cette Assemblée Générale, au nombre de 24, et le secrétaire Julien ALBAR donne la liste de tous les excusés au nombre de 14.

RAPPORT MORAL :
Deux missions ont été réalisées en 2015, et deux sont prévus pour 2016. La mission de décembre 2015 comprenait deux groupes : mission soins et mission santé publique. La prochaine mission soins aura lieu du 4 au 16 avril.
Hervé Canivet fait part à l’Assemblée des nouvelles orientations d’AMK :
– le souhait d’aider à l’installation de jeunes médecins africains, concrétisé en 2015 par l’installation d’Ousmane NDIAYE à Cap-Skirring-Kabrousse,
– la réalisation des prochaines missions plutôt dans les petits villages, éloignés des villages équipés de postes de santé avec des infirmiers (ICP), avec une équipe plus réduite.
– la prochaine mise en place de missions en binôme avec un médecin AMK et un infirmier ICP.

           Ces différents aspects seront développés au cours de la réunion. Les différentes actions de l’association sont ensuite présentées une à une par chaque responsable.

Pneumologie, Radiologie :
En l’absence de Christine Julia et de Patrick Bernard, excusés, Hervé Canivet souligne l’important travail d’équipement d’une salle de radiologie à l’hôpital d’Oussouye. Cette action, conduite depuis plusieurs années avec l’aide du laboratoire SADIR et de la clinique Pasteur de Toulouse, a nécessité un investissement important en temps d’installation, d’essais, et de maintenance de la part de Christine et Patrick. Elle est à présent opérationnelle et rend de nombreux services à l’équipe médicale de l’hôpital.
Au niveau maintenance, il y a à présent un problème de fuite d’eau au niveau du plafond de la salle ; la réfection sera assurée par l’hôpital et la mairie. Les médicaments destinés à cette action pneumo sont offerts par la clinique Pasteur. Un appareil de radiologie portable a été aussi mis en place à Oussouye. L’hôpital de la Paix à Ziguinchor s’intéresse aux possibilités qu’offre l’hôpital d’Oussouye avec ces nouveaux équipements ; une collaboration est envisagée. L’Hôpital de La Paix à Ziguinchor devient de plus en plus fonctionnel ; il développe aussi la mise en place d’un enseignement médical.
Lors de la dernière mission à Oussouye , en novembre 2015, de Christine et Patrick , le Dr Badiane à organisé une visite de ces nouvelles installations initiées et conduites par AMK, par plusieurs hauts responsables du département . Une video a été prise à cette occasion.

Installation du Dr Ousmane N’Diaye :
Présentée par Benoît Garçon, cette nouvelle orientation d’AMK « agir sans remplacer », souhaitée depuis longtemps, s’est enfin concrétisée avec l’installation d’Ousmane à Cap-Skirring- Kabrousse.
Ousmane était médecin assistant à l’hôpital d’Oussouye. Il avait déjà travaillé en milieu associatif dans un esprit de travail au niveau de la santé communautaire. Une convention a été passée avec la mairie de Diembering et le département d’Oussouye pour la prise en charge des patients pauvres à qui la mairie délivre des tickets de consultation gratuits. Le maire de la commune, Tombon Gueye a confié aussi à Ousmane le suivi des enfants et des personnes âgées. Sur un autre plan la Société AXA lui a confié le suivi de la médecine du travail de quelques entreprises de Cap-Skirring.
Le Dr Ousmane prévoit de faire venir des spécialistes de Ziguinchor dans son cabinet pour des consultations concernant certaines pathologies afin de pouvoir soigner certains patients qui ne peuvent se déplacer sur de longs trajets.
Il convient de solliciter Ousmane, lors de nos missions, pour sa participation aux consultations dans plusieurs villages dans l’esprit de la médecine communautaire.
L’installation d’Ousmane a coûté très exactement 7600 euros à AMK.
Benoît souhaite faire remonter cette expérience au niveau du Ministère de la Santé sénégalais. Ceci sera d’autant plus facile et favorable que c’est la même personne qu’il avait rencontrée il y a 12 ans pour discuter des actions d’AMK.

– Prochaine mise en place de binômes : médecin AMK et ICP :
Benoît souhaite démarrer ce nouveau type de mission « en compagnonage » au cours de la prochaine année. Cela consistera à mettre en place dans plusieurs villages un binôme constitué d’un médecin AMK et de l’ICP (infirmier chef de poste) du village. Ce binôme effectuerait ensemble les consultations chaque matin, ceci en vue de former les ICP à l’approche clinique des pathologies plutôt que de se limiter au questionnement du patient. Il s’agit de l’auscultation cardiaque, pulmonaire, abdominale, … L’après-midi les différents binômes pourraient se retrouver pour échanger ensemble sur leurs pratiques, sur les pathologies, … Tout cela sera bien sûr conduit en accord avec le Dr SENGHOR, médecin-chef de l’hôpital d’Oussouye, et sur la base d’un volontariat des ICP. Des échanges ont été déjà conduits en décembre 2015 avec quelques ICP qui sont désireux de ce type de collaboration. Marie-Sylvie en reparlera en avril avec le Dr Senghor afin qu’il décide de la mise en place de ce nouveau type de mission. Le Dr Badiane avait déjà donné son accord pour ce projet, mais il n’avait pu encore se mettre en place.

Concertation avec les autres associations :
Une réunion pour la mise en place de cette concertation a été organisée en novembre 2015. Plusieurs associations étaient présentes : AMK, Kassumay association italienne, Casamasanté, Doma-Doma, AMOA, … Cela permettra une meilleure collaboration , un partage d’expériences, des échanges d’équipement (échographe pour Ousmane, lunettes, …) , de ne pas faire des doublons : plusieurs villages où intervient l’association italienne ne seront plus visités par AMK.
Lors de cette rencontre, le Dr Badiane était présent et il a souligné le travail efficace effectué par AMK sur le secteur depuis de très nombreuses années (17 ans).

Missions de santé publique (bilharziose, …)
Didier Basset présente l’action conduite avec ses équipes au niveau de la lutte contre la bilharziose comprenant dépistage + traitement, auxquels s’est ajouté une démarche d’éducation à la santé. Au début, les 5 premières années les autorités étaient un peu méfiantes. Les proportions d’enfants atteints de bilharziose étaient de 70 % à Kabrousse et de 50 % à Diembering, elles sont tombées sur cette première période d’intervention au taux de 20 à 25%. Cette action a été reprise en 2010 dans ces deux villages, le taux de contamination a été à présent ramené à 10 %.
Le gouvernement sénégalais organise maintenant des traitements de masse sur la bilharziose, ainsi que sur d’autres pathologies parasitaires telles que la fibriose lymphatique, … Il y a distribution de traitements contre les vers intestinaux, … mais un suivi au niveau éducation à la santé est nécessaire pour que ces traitements soient efficaces.
En Avril une équipe de Dakar fera une tournée en Casamance, Didier souhaite qu’un médecin de l’équipe de la prochaine mission puisse se détacher pour y participer. Hervé demande à Didier comment ce sera possible concrètement pour un médecin seul, quand on sait le travail que cela a représenté pour les précédentes équipes .
Didier Basset annonce que son action sur la lutte contre la bilharziose prend fin compte-tenu des très bons résultats obtenus en dessous desquels il n’est guère possible de descendre. Compte tenu de ces éléments Didier ne renouvelle pas sa candidature pour un nouveau mandat au sein du Conseil d’Administration d’AMK.

– Médicaments :
Hervé Canivet donne la parole à Marie-Hélène Fabre, pharmacienne. Elle pose le problème de la fourniture des médicaments par AMK lors des consultations dans les villages alors que les postes de santé peuvent en fournir. Plusieurs font remarquer que les postes de santé ne disposent pas de tous les médicaments nécessaires, et il convient alors de les fournir si on veut être efficaces.
Elle aborde ensuite le problème du forfait, consultation et médicaments réunis, payé lors de l’inscription. Pourquoi ne pas dissocier les deux, car certains patients nécessitent ou même demandent beaucoup plus de médicaments que d’autres ? Ceci permettrait une plus grande équité dans le prix payé par le patient. Certains demandent même des médicaments pour pouvoir se traiter pour des migraines à venir !!! Il n’est pas à exclure que certains en demandent même pour les revendre et se faire un peu d’argent !!! Il faut donc être sur nos gardes.
Plusieurs font remarquer que la mise en place du forfait il y a quelques années avaient énormément simplifié notre travail au niveau du poste pharmacie : plus de tarifs à négocier avec Ibou, plus de dispenses discutables pour « cas sociaux » , plus de monnaie à échanger, … soit une très nette simplification. Hervé fait remarquer qu’il est regrettable que les forfaits soient plutôt variables d’un village à l’autre : tantôt 1000, tantôt 1500 et 500 cfa dans d’autres villages !!!! C’est peut-être regrettable, mais il fait remarquer que ce n’est pas à nous de décider de cela mais aux Comités de santé des villages élus par la population pour gérer ces problèmes. Il ne nous parait pas souhaitable de revenir sur le forfait global.
Un 3ème point est soulevé par Marie-Hélène, c’est le devenir de l’argent collecté par le Comité de santé lors de notre passage. Hervé précise à nouveau que les Comités de santé sont élus au niveau de chaque village pour gérer et contrôler l’utilisation de ces sommes. Ce n’est pas de nôtre rôle de se prononcer sur l’utilisation qui en est faite : si logiquement cette somme devrait être consacrée à l’approvisionnent des postes de santé en médicaments entre deux missions, ou en renouvellement d’équipements médicaux, dans d’autres villages une partie peut servir à rémunérer un peu les agents de santé communautaire (ASC) qui sont bénévoles, une partie peut-être utilisée aussi pour les transports en urgence de certains malades, etc …. Le CdS reçoit les aides de l’Etat, gère les ASC, … Le CdS doit rendre compte de l’utilisation des fonds au village, à l’administration, …
Nous tombons d’accord pour dire que nous devons, lors de nos passages, demander au CdS de nous donner l’assurance de la bonne utilisation des sommes laissées en fin de journée. Par ailleurs nous devons veiller à remettre ces sommes au Comité de santé, en présence du Chef de village et de l’ICP. Ces questions doivent être abordées lors de notre accueil dans le village.
La question des médicaments périmés est ensuite abordée. Que deviennent-ils ? Les médicaments délivrés par la PNA sont parfois périmés au bout de 3 mois !! Avec la mise en place des missions en binôme on aura certainement moins besoin de médicaments. Il est à nouveau recommandé de limiter les prescriptions, car certains, peu ou pas malades viennent faire leurs provisions au cas où !!

– Dentaire :
Christine Pernet signale la mise en place progressive des soins conservateurs. Elle est en contact avec des étudiants en communication qui travaillent pour trouver des sponsors susceptibles de donner les fonds nécessaires à l’acquisition du matériel qui permettra d’assurer les soins conservateurs en mission.

              Clémentine Foucault aborde les aspects de dépistage au niveau des écoles de Diembering. Elle fait remarquer qu’il n’y a pas beaucoup de caries mais plutôt des dents abimées. Isabelle, infirmière serait partante pour s’occuper de prévention et d’hygiène buccale.
On aborde le fonctionnement du cabinet du Dr Penot au poste de santé de Kabrousse. François Penot y est présent 5 mois de l’année à mi-temps. Il a 3 confrères qui viennent aussi y faire des soins. Christine Pernet y est intervenu déjà plusieurs fois, et elle repartira dès la mi-mars, 15 jours avant la mission, pour y travailler.
Elle peut demander à nouveau le prêt d’une valise dentaire pour intervenir dans les villages, mais encore faut-il qu’ils disposent d’électricité. Bien se renseigner avant et dès que possible.

– Internat :
Hervé Canivet donne la parole à Claude Sagnes, responsable de cette action.
L’internat héberge 30 jeunes filles de la 6ème à la 3ème. AMK finance les trois-quarts du fonctionnement, et les parents le quart restant. La participation d’AMK est assurée actuellement par 56 parrains ou marraines représentant 60 parrainages. Cela représente un apport de 10 000 euros par an, soit 800 euros par mois correspondant à la couverture des frais mensuels de fonctionnement.
Mais se posent le problème de nouveaux équipements et de la maintenance. L’internat a été cédé à la mairie de Diembering, il était alors convenu qu’elle prendrait en charge l’entretien et la maintenance. Cette décision tarde à être mise en œuvre, il convient de redemander à la mairie de participer.
Concernant la gestion de l’internat il s’avère toujours difficile d’avoir des enregistrements précis des dépenses, et un cahier de comptes bien tenu, … Le meilleur exemple en est l’oubli de bien inscrire date, objet et somme d’un règlement sur le talon du chéquier. Malgré cela Claude, ayant accès au compte bancaire de l’internat, suit chaque mois le montant des différentes dépenses et leur évolution. Il ne cesse de demander des justificatifs. Le point est fait à chaque mission lors de notre passage. Pour le comité de gestion local, il s’agit d’habitudes de rigueur qui ne sont hélas pas prises. Mais des promesses ont été faites pour corriger cette situation avec l’aide de Bijou institutrice faisant partie du CG et présidente de Casamasanté.
Claude rappelle que le cout d’un parrainage est de 15 euros par mois, soit seulement 5 euros en prenant en compte la défiscalisation de 66%. En conclusion cette prise en charge de l’éducation d’une jeune fille est inférieure par mois au coût d’un paquet de cigarettes. Claude fait appel au recrutement de nouveaux parrains pour faire face aux charges de l’internat.
On peut souligner les excellents résultats de scolarité des filles de l’internat dans les collèges du village. Une question est posée sur le devenir des filles parrainées après leur passage à l’internat (poursuite au non de leurs études au lycée), nous essaierons de nous renseigner à ce sujet.

– Crèche :
AMK apporte une aide de 1000 euros par an, et ceci depuis 3ans, à la crèche de Diembering mise en place et gérée par Alimatou. Le nombre d’enfants est passé de 50 la première année à 150 l’an passé. Plusieurs cartons de livres, jouets, habits, cédés par le Secours populaire de St Orens (Toulouse) ont été envoyés par AMK en novembre grâce à l’Association Latécoere, en même temps que des équipements médicaux pour l’hôpital d’Oussouye.
Se pose maintenant la réfection du bâtiment où est hébergée la crèche : gouttières, peintures, réfection des sols, … Ce bâtiment appartient à l’Association des jeunes de Diembering. Alimatou a trouvé plusieurs groupes donateurs prêts à aider au financement de cette réfection. Mais il convient d’obtenir de la part de l’association des jeunes une garantie de droit d’usage du local sur plusieurs années. Donc projet à suivre.
AMK a monté un dossier de présentation de la crèche et du projet de réfection du local, avec une video réalisée par Christine Pernet et ses amis. Ce dossier a été présenté à l’association du collège St François Xavier de Vannes qui soutient de nombreux projets humanitaires ; il a été retenu, ce qui présente une possibilité pour aider à la réfection du local.

RAPPORT FINANCIER :
Un document sur les comptes d’AMK est distribué aux participants à l’AG. Hervé Canivet commente les différents postes de ces comptes.
Tout d’abord les recettes : d’un montant de 20799 euros elles sont en forte diminution par rapport à 2014 (41572 euros). Ceci est liè d’une part à la diminution des dons, mais aussi des cotisations. Une relance sera faite dans les prochaines semaines auprès des adhérents d’AMK. On constate en particulier qu’il est nécessaire chaque année de faire une relance pour les cotisations car de nombreux adhérents oublient et souhaitent que l’on fasse un rappel. Compte-tenu de la prise en compte des frais non remboursés laissés en dons par les missionnaires, le montant des activités de l’association est de 58 299 euros, auxquels il faut ajouter le budget de l’internat qui s’élève à 10 000€, soit une activité totale de 68 299€.

      Les dépenses : leur montant pour 2015 est de 26 533 euros. Les frais de fonctionnement (bureau, publications, assurances) sont de 1037 euros. L’achat de médicaments atteint 3591 euros contre 2800 euros en 2014. S’ajoutent à cela : l’installation d’Ousmane 2411 euros, opérations du cœur 1940 euros, dépenses du secteur pneumo (missions et matériel) 4471 euros, dotations aux missions 9290 euros, dotation à la crêche 1000 euros.
Les frais engagés par les participants aux différentes missions, frais non remboursés s’élèvent à 37500 euros et l’internat à 10 000 euros.
Tout cela représente un total des activités de 74 033 euros.
Le solde total est de 9951 euros, dont 1606 euros pour le compte pneumo et 1000 euros à prévoir pour la garderie. Le solde disponible prévisionnel pour 2016 est donc à ce jour de 7295 euros.

Elections au Conseil d’Administration :
Le secrétaire d’AMK rappelle ce que mentionnent les statuts sur ce point : les membres du CA sont élus pour 2 ans, le nombre maximum de membres du CA est limité à 12. 3 administrateurs suppléants peuvent être élus pour remplacer des membres du Conseil qui viendraient à quitter leurs fonctions en cours de mandat.
Les mandats de 10 membres élus lors de l’AG du 7 mars 2015 ne sont pas à renouveller, il s’agit de : Marie-Sylvie Massie, Christine Julia, Benoît Garçon, Julien Albar, Hervé Canivet, Claude Sagnes, Marie-Hélène Fabre, Clémentine Foucault, François Gérard, Isabelle Konopnicki. Aucune de ces personnes n’est démissionnaire.
Les mandats de Didier Basset et de Chloè Stengel, élus lors de l’AG de 2014 sont à renouveller. Tous deux ne renouvellent pas leur candidature pour un nouveau mandat au sein du Conseil d’Administration d’AMK.
Christine Pernet est candidate au CA pour s’occuper du secteur dentaire, Marie-Brigitte Sarbach est aussi candidate pour aider au secrétariat. Les participants à l’Assemblée donnent leur accord pour l’entrée de ces personnes au CA.
Le CA sera donc composé de 12 membres. Les élections du bureau seront réalisées prochainement.
—————————————-
L’ensemble des points ayant été abordés le président Hervé Canivet clôture l’Assemblée générale, et annonce que le journal n° 14 faisant le point sur toutes les activités d’AMK est à la disposition des participants. Il sera envoyé par mail à tous les adhérents et donateurs, et sera publiè dans le blog.

Compte-rendu mission novembre 2014

COMPTE RENDU DE LA MISSION NOV 2014

           La mission s’est déroulée du 13 au 17/11 sur DAKAR et du 14 au 20/11 à Diembering, avec Marie Sylvie, Benoit et Hervé. Dans les mêmes dates, une mission Pneumo a eu lieu à Oussouye avec Christine qui fera son propre compte rendu.

VOYAGE
A titre d’info nous avons utilisé Air France pour A et R TSE/CDG/DAK au prix de 458 à 505€ et Sénégalair pour DAK/ZIG/DAK au prix de 150€ soit un total de 650€ .
Pour l’hébergement nous avons utilisé l’espace Thialy dans le quartier de la Patte d’oie qui est un bon campement/hôtel à 13000Fcfa la 1/2P par pers et par chambre de 2, relativement près de l’aéroport, mais à l’opposé du quartier du Plateau qui est l’endroit où l’on fait les démarches.

AMBASSADE DE FRANCE
Pauline LECOINTE Conseiller technique France et Sénégal, et le Dr Jean Pierre LAMARQUE Conseiller Médico Sanitaire
L’échange a porté sur des recommandations générales autour des actions AMK. Il faut être impérativement déclarés auprès des autorités sanitaires (nous le sommes) et agir en accord avec elles.
Obtenir l’aval du Gouverneur de la région de Zig, car c’est le niveau étatique le plus élevé après le Président de la République. Ce que nous avions fait avec le précédent et que nous allons entreprendre avec le nouveau, Mr Dieng.
A chaque venue en mission, prévenir (et/ou se présenter) les autorités médicales, le sous-Préfet et la Gendarmerie de nos dates de présence. Lorsque cette démarche est respectée, on peut trouver de l’aide de leur part, sinon en cas de problème tout devient compliqué.
Sur notre projet d’installation d’un médecin suivant le principe de Santé Sud les avis sont différents entre Lecointe et Lamarque. La première pense que la réussite n’est pas totale alors que le second pense que oui. Nous devons nous rencontrer en janvier pour développer un peu plus.
Pauline Lecointe nous a fourni les mails du consul afin d’obtenir des visas pour les Sénégalais en particulier Therese Gomiz première opérée du cœur qui devrait être revue à la clinique Pasteur pour évaluer sérieusement son état.

PHARMACIE / MEDICAMENTS
Nous avons rencontré les responsables de la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement (PNA) qui nous ont remis la liste des médocs génériques qu’ils distribuent et nous ont renvoyés vers la Régionale (PRA) à Zig que nous sommes allés voir. Il suffira de commander par mail 11/2 mois à l’avance, avoir confirmation, les retirer à Zig et payer à l’enlèvement.

INSTALLATION Dr OUSMANE
Le nom complet d’Ousmane est Karim Ousmane NDIAYE.
Delta Medical de Dakar nous avait fait un devis de la liste de petits matériels que nous sommes venus retirer, ils venaient s’ajouter à ceux portés depuis Toulouse.
Concernant son logement, après plusieurs visites au Cap et à Kabrousse notre choix commun s’est arrêté sur une maison en voie d’achèvement de Sœur Méry et de ses frères, qui est située au Cap sur la route de Kabrousse, en face de la Senelec, avant le dépôt de Sara, en fait, elle est voisine de l’ancienne maison de Serge, pour ceux qui connaissent. C’est un bon emplacement, visible et facile d’accès.
Cette maison comprend 3 pièces principales, une cuisine, 2 SE et 2 WC, 1 dépôt et une terrasse qui servira de salle d’attente. L’ensemble sur un grand terrain clos.
Le budget d’aide à l’installation d’Ousmane (aide à la population pour ce qui nous concerne) reste contenu dans nos prévisions. La dépense à ce jour diminuée des dons des Médecins à la retraite est de 4400€, nous avions prévu 4000/5000€.
Pour ce qui est du fond, Benoit a personnellement discuté avec Ousmane, celui-ci est toujours aussi motivé pour s’installer comme médecin généraliste à participation communautaire.
 Il souhaite réellement exercer son métier pour aider les populations les plus défavorisées et ceci en parfaite coordination avec le Médecin chef d’Oussouye
 (docteur Badiane) et les autorités administratives (mairie et département) qui dans le cadre de la décentralisation seront investies de plusieurs domaines touchant à la santé.
Nous allons donc mettre en place avec lui et avec elles une convention quadripartite qui permettra de définir vraiment les rôles de chacun. Cela rejoindra donc à terme la manière de travailler d’AMK.

COMMUNAUTE RURALE
Les choses ont changé, puisqu’aujourd’hui TOMBON GUEYE est qualifié de Maire, nous l’avons rencontré ainsi que trois membres de la mairie, afin d’évaluer avec eux une possible convention pour assurer à OUSMANE un revenu supplémentaire, ils sont intéressés par son installation, peut être plus dans le cadre d’avoir un médecin pour les touristes influents. Cependant, il a été envisagé qu’Ousmane ne soigne une partie de la population : personnes âgées par exemple ou, petits enfants, et ainsi ces consultations pourraient être réglées par la Mairie. Mais tout cela reste à redéfinir, Benoit est en contact avec eux pour rédiger quelque chose qui soit faisable.

CAMION
Michel BILLOT, le responsable de la Baie de Boucotte, héberge notre camion en notre absence et le maintient « en forme ». Des personnes sur place nous disaient qu’elles voyaient souvent le camion sur les routes en notre absence. Il s’avère que des démarches ont du être faites pour les papiers et il est normal à ce moment là que le camion ait circulé. Mais je vous rassure tout est normal. Notre camion a quitté la France à 89 900km et il avait à notre arrivée 95 457km, le compte est normal entre le voyage et la mission de janvier 14. Nous l’avons laissé sur place à 96 120km.
En janvier 15 nous avons prévu de rendre plus discret notre véhicule en supprimant les 4 énormes inscriptions AMK et revenir ainsi à ce qui était prévu. Nous ferons faire un panneau aimanté avec la mention « Médecins » que nous pourrons poser ou déposer sur le pavillon au-dessus du parebrise.
A la demande de Michel, nous porterons en janvier un émetteur d’ultrasons pour protéger le camion des rongeurs. C’est son homme de confiance Cher Coly qui nous a accompagnait à Ziguinchor qui s’en occupe.
La carte grise est de 11 places. Tant que l’on est au maxi 9 personnes, y compris le chauffeur, pas de problème. Le Sous-Préfet de Kabrousse que nous avons rencontré a demandé au Commandant de la Gendarmerie du Cap de nous laisser circuler avec tous les sièges utilisés, c’est-à-dire 11 personnes avec un permis B (voiture) au lieu du permis D (transport en commun) nécessaire. Ceci est valable pour toute sa circonscription c’est-à-dire jusqu’au pont de Catakalousse. D’où l’importance de ne pas oublier de lui rendre visite en début de mission pour le saluer et lui en reparler.
Michel va continuer les démarches pour essayer d’obtenir un passe -droit.
Michel, de sa propre initiative, a fait un mail aux 51 copros de la Baie pour les sensibiliser à l’installation d’Ousmane et de les inciter à participer. Déjà des réponses encourageantes sont arrivées. Bravo Michel !
Michel est sensibles à nos actions sur place et nous a aidés dans beaucoup de domaines, nous mesurons l’importance qu’il représente localement et l’efficacité de son « réseau ». Que chaque logisticien ou chef de mission prennent le temps de venir le saluer et le remercier pour son aide chaleureuse.

INTERNAT
Nous avons organisé une grande réunion avec le Comité de Gestion et les Directrices, où tous les sujets ont été abordés même ceux qui fâchent. Le résultat est la conclusion de notre Présidente : « Tous ensemble on a remis la barre droite et maintenant tout doit bien aller ». Vous pouvez lire le PV de cette réunion qui est très instructif, en le demandant à Julien.
Claude a financé 2 nouveaux panneaux solaires installés par les Electriciens sans frontières, ainsi qu’un frigo/congelo et une gazinière.
Hervé a redéfini les limites au financement de l’Internat. AMK c’est engagé à faire vivre l’Internat par le biais des parrainages, et elle s’y emploie. Jusqu’à présent toutes les dépenses d’entretien ont été payées par AMK alors que le bâtiment appartient à la Mairie. La nouvelle répartition sera donc : AMK fait vivre et la Mairie prendra en charge toutes les autres dépenses.

CRECHE
Bravo à Alimatou qui cette année s’est occupée avec son équipe de 103 enfants pendant 2 mois. Elle nous a présenté tous les comptes et factures. Son budget s’est élevé à 2 049 625Fcfa (3130€) soit ½€ par enfant et par jour. AMK a participé pour 1000€ et le CA renouvellera certainement son aide l’an prochain pour la 4ème année.
Une vraie réussite qui correspond à un réel besoin.

CAMPEMENTS
A Oussouye nous avons utilisé le campement d’Eli et le Campement Villageois. Nous déconseillons vivement aux futures missions ce dernier qui est vraiment en dehors de toutes normes sur le plan de l’hygiène.
A Diembering, ASSEB a enfin équipé les cases du modèle de table/armoires qu’avait fait Hervé dans la case 15, mais il est conseillé d’apporter sa chaise car c’est une denrée inconnue.

AIDE MEDICALE
Une aide financière de 100€ a été décidée en faveur de N’daye, en reconnaissance de son rôle participatif qu’elle a eu pendant plusieurs années dans les actions d’AMK. Cette aide est destinée à payer une partie des frais de son opération d’un fibrome.

EBOLA
Apparemment aucun risque sur place. Les Sénégalais en rigolent et nous disent qu’ils ne savent pas ce que c’est, par contre ils s’inquiètent pour les Européens qui ont quelques cas
Ebola + visas (2h à Dakar !!!)= aucun touriste. C’est un drame pour l’économie locale.

PROCHAINE MISSION
En janvier, une mission Film / démarches / travaux / démarrage Ousmane avec Benoit, Chantal, Hervé et peut être Marie Sylvie du 16/1 au 6/2.
La prochaine mission de soins pourrait avoir lieu en mars après le démarrage effectif d’Ousmane. Les logisticiens à confirmer seraient Julien et Robert.
Il est possible que Claude et Hervé partent en même temps que cette mission pour l’Internat et plus.